Salon virtuel de généalogie le samedi 27 juin

Le Cercle généalogique des Deux-Sèvres aura finalement son stand au Salon virtuel de généalogie qui se tient samedi 27 juin de 9 h à 18 h. Un grand merci aux organisateurs d’avoir accepté notre demande un peu tardive. Cela nous permettra de pouvoir communiquer avec nos nombreux adhérents résidant loin des Deux-Sèvres et avec tous les généalogistes amateurs ayant des attaches dans notre département. Nous y serons présents grâce à Xavier qui a pu se rendre disponible pour cette journée.

Ce sera l’occasion pour vous d’avoir un avant-goût de nos travaux sur la guerre de 1870-71 vue des Deux-Sèvres, thème de nos prochaines journées de la généalogie les 3 et 4 octobre à Saint-Maixent-l’Ecole. Ou bien de découvrir les recherches de Marguerite Morisson sur les hommes et femmes des Deux-Sèvres partis autrefois pour le Nouveau Monde. Ou encore de poser des questions concernant la généalogie dans les Deux-Sèvres…

A samedi…

Les timbres des tables décennales d’Adilly

Dans la série les dessins dans les registres, il en est certains qui se trouvent très facilement, ce sont ceux des timbres dans les registres d’état civil ou paroissiaux et aussi sur les tables décennales. La preuve avec celles de la petite commune d’Adilly en Gâtine où j’ai fait cette petite sélection. Les 56 pages des tables qui vont de 1803 à 1892 sont très souvent tamponnées. En y regardant de plus près, on se rend compte qu’il a fallu changer régulièrement les timbres, suite aux nombreux changements de régime (république, royauté, empire…) mais que l’inspiration antique pour les illustrations prédomine tout au long du XIXe siècle. Ces papiers timbrés n’étaient pas là uniquement pour faire joli, ils avaient un coût pour servir à enregistrer des actes authentiques (état civil, notaires). On voit donc également évoluer le prix au fil des pages. On trouve enfin régulièrement le sobre tampon ovale des Archives départementales des Deux-Sèvres attestant que ce document est une propriété publique.

Ma recherche limitée à une seule table décennale sur une seule commune est bien loin d’être exhaustive. Il existe des marques différentes à découvrir et à collectionner en cherchant dans les registres de vos communes préférées.

Prochaine réouverture de la salle de lecture des AD79

Suite au déconfinement et aux mesures de précautions qu’il impose, le Cercle généalogique des Deux-Sèvres a testé aujourd’hui le dispositif d’accueil et d’accès aux documents en salle de lecture des Archives départementales des Deux-Sèvres. Et nous continuons mercredi et vendredi.Tout sera donc au point mardi 23 juin pour accueillir les premiers lecteurs. Pensez à réserver vos places sur le site des A.D. car le nombre de places par jour est limité à 10 personnes (du mardi au vendredi et de 13 h 30 à 17 h).

Pour ceux qui n’arrivent pas à réserver leur place, Mattéo a réalisé un petit tutoriel visible sur YouTube. Il a même réussi à contourner la difficulté pour réserver les documents (bug des AD pas encore résolu).

DSCN2994
Danièle demande un document en respectant le protocole sanitaire.

 

Assemblée générale à huis-clos 😷

Ci-dessous et pour information, copie du texte de la lettre envoyée aux adhérents qui explique les modalités de la future A.G. à huis-clos du Cercle généalogique des Deux-Sèvres.

Chers adhérents,

Vous l’avez tous constaté, la pandémie de ce début d’année a influé sur tous les secteurs de notre société et le monde associatif n’y a pas échappé. Le Cercle généalogique des Deux-Sèvres a dû renoncer à son Assemblée générale qui était prévue en mars à Saint-André-sur-Sèvre, au château de Saint-Mesmin. Nous y retournerons sans doute. Comme il y a urgence à retrouver un cadre de fonctionnement mais que la situation sanitaire ne nous permet pas de grandes réunions sans distanciation, l’ordonnance du 25 mars 2020 nous autorise exceptionnellement à procéder à une assemblée à huis-clos avant le 31 juillet 2020.

Celle-ci se tiendra le vendredi 26 juin à 10 heures au Chaleuil dau pays niortais. Comme nous serons à huis-clos, il ne pourra y avoir de votes en présentiel ou par procuration. Les votes se feront uniquement par correspondance, avant le dimanche 21 juin pour que nous ayons le temps de les dépouiller.

Vous avez donc à voter 8 fois.

Il vous faudra vous prononcer sur :
– L’approbation des rapports moral et d’activité 2019
– L’approbation des comptes 2019
– Le quitus au trésorier pour sa gestion 2019
– L’adoption du budget prévisionnel 2020

Nouveauté proposée pour 2021, nous voudrions que les droits d’entrée de 10 euros disparaissent pour les nouveaux membres et, pour compenser financièrement, nous envisageons une augmentation de deux euros du coût de l’adhésion. Nous vous soumettons donc ces 2 propositions :
– Suppression du droit d’entrée de 10 euros à partir de 2021
– Passage à 29 euros de la cotisation pour 2021

Désormais, nous voudrions avoir 2 vérificateurs aux comptes en cas d’empêchement. Mme Marie-Claude BESSON serait la suppléante de M. Maurice JANNAIRE.

Et enfin il vous faudra vous prononcer sur le renouvellement par tiers du conseil d’administration.

Nous vous invitons donc à consulter le document intitulé Assemblée générale à huis clos 2020 en suivant le lien. Il est également accessible sur notre site (onglet Association, sous-onglet, Assemblée générale et rencontres régionales).

Pour voter, nous vous conseillons d’imprimer le bulletin de vote, de le remplir en cochant les cases et de nous le renvoyer avant le dimanche 21 juin par mail à genea79@orange.fr ou par voie postale au Cercle généalogique des Deux-Sèvres, 26 rue de la Blauderie, 79000 NIORT.

Nous espérons que l’Assemblée générale 2021 sera plus conviviale, que nous pourrons alors vous présenter les projets auxquels nous avons dû renoncer cette année et échanger « pour de vrai » avec vous. En attendant des jours meilleurs, nous vous remercions de votre compréhension.

Cordialement

Raymond DEBORDE
Président du Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Un sosa 2020 (qui est un un implexe)

Aujourd’hui, c’est Monique Feret qui nous transmet son sosa 2020. Voici le petit mot qu’elle nous a  joint : « Mon Sosa 2020 a ceci de particulier qu’il est l’ancêtre de ma grand-mère maternelle à 9 générations et de mon grand-père maternel à 11 générations. Merci pour le défi, il m’a bien fait chercher ! »

Effectivement, Pierre Decemme, le sosa 2020 de Monique est également son sosa 6984 (si j’ai bien compté en numérotant). Un joli cas d’implexe !

2020 et 6984 Pierre DECEMME   

né vers 1608, marié en 2e noce vers 1647 avec Judiq BONNAULT,
décédé à Prailles (Lussaudières)

3492 Abraham DECEMME

né en 1649 à La Mothe-Saint-Héray, marié avec Jeanne ALBERT

1010 Isaac DECEMME

né vers 1650, marié avec Jeanne GAUDIN, décédé en 1716 au Luc de Verrines-sous-Celles

1746 Abraham DECEMME

né vers 1669, marié en 1697 à Verrines-sous-Celles avec Françoise PAIRAULT

505 Jeanne DECEMME

née vers 1690, mariée en 1716 à Verrines-sous-Celles avec Pierre DESCHAMPS

873 Marie DECEMME

née vers 1698, mariée en 1724 à Sepvret avec Jacques POISSEAU, décédée en 1746

252 Pierre DESCHAMPS

né vers 1725, marié en 1751 à Celles-sur-Belle avec Louise DUBOIS, décédé à Vitré

436 Jacques FOISSEAU

né à Sepvret vers 1727, marié en 1751 avec Jeanne MARBOEUF

126 Pierre DESCHAMPS

né en 1756 , marié en 1789 en 2e noce avec Angélique MADIER, décédé en 1814 à Melle, la Roche de Saint-Thibaut

218 Jacques FOISSEAU

né en 1752 à l’Hermitain de Souvigné, marié en 1787 à Goux avec Marie ALBERT

63 Marie DESCHAMPS

née en 1799 à Vitré (la Carte), mariée en 1827 à Mougon avec Jean VIGNEAU, décédée en 1865 à Mougon

109 Marie FOISSEAU

née en 1788 à Goux (le Rivaud, mariée en 1811 à Souvigné avec François CHAUVET, décédée en 1857 à Prailles (Lussaudières)

31 Françoise VIGNEAU

née en 1830 à Mougon, mariée en 1854 à Mougon avec Daniel Louis BRIAULT, décédée à 37 ans à Mougon

54 Pierre CHAUVET

né en 1812 à Souvigné, La Fontauzelière, marié en 1836 avec Louise PAIRAULT

15 Victoire Suzanne BRIAULT

née en 1862 à Mougon, mariée en 1889 à Thorigné » avec Pierre BOUIN, décédée à 36 ans à Thorigné

27 Madeleine CHAUVET

née en 1840 à Prailles Lussaudières, mariée en 1862 à La Couarde avec Benjamin Constant MADIER, décédée à 43 ans à Vitré (Châteauneuf)

7 Mélanie Sidonie Clémence BOUIN

née en 1895 à Thorigné, mariée en 1921 à Thorigné avec Max GAUTIER, décédée en 1991 à Melle

13 Victoire MADIER

née en 1862 à Goux, mariée en 1885 à Thorigné avec Pierre GAUTIER, décédée à 85 ans à Thorigné (Escoulois)

 

6 Max GAUTIER

né en 1896 à Thorigné (Escoulois) marié en 1921 à Thorigné avec Mélanie BOUIN, dcd en 1976 à Melle

3 Suzanne Victoire GAUTIER

née en 1925 à Melle, mariée en 1950 à Melle avec Gaston POUILLIOU, 95 ans aujourd’hui

1 Monique POUILLIOU, épouse FERET, adhérente 2388

Qui sera la huitième personne à nous dévoiler son sosa 2020 ?

Quelques infos déconfinées 😷

bureau
Le bureau, réduit et masqué

Pour patienter, en espérant un retour proche à une vie presque normale, le bureau du Cercle généalogique des Deux-Sèvres a enfin pu se réunir pour prendre quelques décisions. Voici celles qui concernent directement nos adhérents.

Les permanences restent fermées jusqu’à nouvel ordre. Toutefois, il est possible d’y accéder sur rendez-vous et dans le respect des gestes barrières et règles sanitaires en nous contactant par mail (genea79@orange.fr)

Nous avons constaté quelques disparitions ou déclassements de registres numérisés lors de la fusion des sites des AD 79 et des AD 86. Suite à nos signalements, certains ont été rétablis depuis, notamment les registres des naissances de nombreuses communes au tournant des XIXe et XXe siècles qui n’étaient plus accessibles. Il subsiste peut-être d’autres registres disparus (et qui existaient avant la fusion, bien sûr) ou déclassés. Si c’est le cas, vous pouvez nous les signaler à notre adresse mail genea79@orange.fr, nous ferons remonter aux AD. Soyez précis : indiquez bien les communes, les types d’actes et les périodes concernées.

Quant à notre AG qui aurait dû avoir lieu en avril, nous vous tiendrons au courant sous peu des nouvelles modalités.

Un sosa 2020 (la suite…)

monter à 2020

Aujourd’hui, c’est Pierre Laberny qui nous envoie de Lyon où il réside son sosa 2020, le sixième à être publié sur le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres. L’occasion pour nous de nous promener en partant de l’année 1699 jusqu’à celle de 1940 sur un petit territoire autour de Saint-Maixent-l’École et ensuite nous en éloigner.

 

Si vous voulez comme Pierre trouver votre sosa 2020, c’est facile. Il suffit en partant de soi de remonter 5 fois du côté des mères, puis 2 fois du côté des pères, on remonte ensuite d’une mère et pour finir de 2 pères et ça y est, vous y êtes, au sosa 2020 !

Sosa 2020
Bernard Daniel ° ….. – + 29/10/1699
X Rivière Magdelaine
———–
Sosa 1010
Bernard Daniel
X 29/10/1699 à Saint-Maixent
Texier Magdelaine
———–
Sosa 505
Bernard Louise ° 21/06/1705 à La Mothe-Saint-Héray
X 07/10/1726 à Sepvet
Bonneau Samuel (Sosa 504)
————-
Sosa 252
Bonneau Jean
X 18/01/1752 à Échiré
Marcillac Marie ° 24/11/1726 à Vouillé + 26/08/1763 à Saint-Gelais
————–
Sosa 126
Bonneau Jean ° 09/01/1756 Saint-Gelais + 06/12/1817 Germond
X 09/09/1778 Rouvre
XX 1803
XXX 10/10/1803 Rouvre
Mercier Louise ° 23/07/1773 Echiré + 30/08/1842 Germond
———–
Sosa 63
Bonneau Louise ° 06/12/1807 à Germond + 16/02/1876 à François
X 09/10/1832 à Germond
Alix Jean ° 02/05/1793 à Saivres + 17/02/1868 à Cherveux (Sosa 62)
———
Sosa 31
Alix Louise ° 05/10/1833 à Rouvre + 27/06/1900 à François
————
Sosa 15
Alix Magdeleine ° 13/11/1863 à Saint-Gelais + 26/06/1938 à François
X 10/10/1883 à François
Pelletier Honoré Jules ° 04/06/1861 à Saint-Lin + 10/04/1933 à François
————–
Sosa 7
Pelletier Irma ° 05/07/1884 à François + 02/07/1927 à François
X 29/04/1907 à François
Trouvé Henri ° 11/02/1881 à François + 22/02/1915 à François
————-
Sosa 3
Trouvé Madeleine Jeanne ° 14/04/1913 à François + 12/10/1957 à Narbonne
X 09/12/1931 François Guion Maurice Edmond ° à Azay-le-Brûlé + 1940
XX 27/11/1943 à Bordeaux Laberny Charles ° 23/10/1915 à Soustons + 04/12/1985 à Narbonne
———-
Sosa 1
Laberny Pierre
Adhérent n°1031

 

Un sosa 2020 (le mien)

Après Geneviève, Mauricette, Marie-Isabelle et Jean-Pierre, je partage à mon tour sur le blog du Cercle généalogique des Deux-Sèvres mon sosa 2020. Il n’a pas vécu dans une paroisse deux-sévrienne, mais tout près*.

J’ai beaucoup de chance quant à mes recherches sur René Suaud, mon sosa 2020. En effet, j’ai trouvé tous les actes le concernant plus ou moins directement. La difficulté n’était pas trop grande, il m’a suffi de consulter quelques registres sur une seule paroisse, celle de La Tardière dans l’actuelle Vendée.

la tardière 1J’ai donc trouvé :

  • Son acte de baptême : nous sommes le 2 mai 1646 et le curé Bascle baptise dans l’église Notre-Dame de La Tardière un garçon né sans doute le jour même et prénommé René. Il est le sixième enfant de Pierre Suaud que je pense être laboureur et le troisième de Marie Petit, sa seconde épouse. Deux autres naîtront après lui. Le parrain et la marraine sont choisis dans le cercle familial paternel. Le parrain est l’oncle René qui lui transmet ainsi son prénom.
  • Son acte de mariage : il épouse le 17 août 1676 dans cette même église Catherine Querquis. Le curé s’appelle Normandin. Le marié a 30 ans mais le curé note 28 ans environ. Il est vrai qu’autrefois, on ne fêtait guère les anniversaires et on ne comptait pas les années qui passent. Ses parents sont décédés 4 ans plus tôt, à 10 jours d’intervalle au village des Cornelières de La Tardière. Il est laboureur. Comme il est majeur, il n’a pas besoin de curateur pour épouser la jeune Catherine, âgée de 20 ans venue de la paroisse de Cheffois. Deux frères du marié, Pierre et Hilaire, sont cités comme témoins de la cérémonie.
  • Les actes de baptême de ses enfants par le curé Normandin : d’abord Pierre, mon ancêtre en août 1678, puis Marie en mai 1679 et enfin René en mai 1680. Des naissances rapprochées qui ne laissent guère de repos à la mère. Les 3 enfants voient le jour à la métairie de la Papinière ou réside et travaille la famille. Je trouve aussi l’acte de sépulture de la petite Marie, 3 mois seulement après sa naissance.
  • Son acte de sépulture : il arrive bien vite dans le registre et René Suaud ne verra malheureusement pas grandir ses garçons. Il décède le 23 mars 1681 à l’âge de 34 ans, laissant une veuve et 2 bambins dont l’aîné n’a pas 3 ans. Son frère Hilaire l’accompagne le lendemain à sa dernière demeure. Le curé Normandin qui avait rajeuni René pour son mariage le vieillit cette fois-ci, lui attribuant 38 ans.

Voilà, je connais tous les actes essentiels de la vie de mon sosa 2020. Il ne me reste plus qu’à imaginer ce qu’elle fut entre ses différents moments au risque de me tromper. Son enfance dans une métairie avec ses 6 frères et sœurs arrivés comme lui à l’âge adulte, sans apprendre à lire et écrire. Son chagrin suite à la perte quasi simultanée de ses 2 parents alors qu’il avait 24 ans. Sa joie de se marier, de voir naître ses enfants, sa tristesse de perdre sa fille Marie. Son environnement religieux catholique dans une paroisse où le protestantisme est vivace avec le souvenir du massacre de huguenots à la Brossardière en 1595. Sa vie de labeur avec le travail difficile de la terre toujours menacé par les intempéries ou les mauvaises saisons. Sa mort prématurée, 4 jours seulement après celle de son frère Pierre.

René Suaud a sans doute disparu bien vite des mémoires. Ses deux garçons étaient bien trop jeunes pour en avoir le souvenir. Il a fallu à sa veuve, Catherine Querquis, trouver très vite un nouvel époux, Mathurin Rezeau, qui lui donna au moins 7 autres enfants. Mais voilà, le hasard d’une numérotation me font redonner un peu de vie à celle bien trop courte de mon sosa 2020.

* Cet article a déjà été publié sur le blog l’arbre de nos ancêtres.

De mon Sosa 2020 jusqu’à moi :

  • Sosa 2020 : René SUAUD (1646 -1681) époux de Catherine QUERQUIS
  • Sosa 1010 : Pierre SUAUD (1678 – ?) époux de Jeanne COULAIS
  • Sosa 505 : Jeanne SUAUD (1733-1804) épouse de Jean BONNIN
  • Sosa 252 : André BONNIN (1762 – ca 1793) époux de Louise BENETREAU
  • Sosa 126 : Louis BONNIN (1786 – 1811) époux de Catherine PAILLAT
  • Sosa 63 : Monique BONNIN (1808 – 1883) épouse de Pierre DAGUISÉ
  • Sosa 31 : Marie-Louise DAGUISÉ (1835 – > 1906) épouse de Victor POIRIER
  • Sosa 15 : Alphonsine POIRIER (1878 -1902) épouse de Gustave TURPAUD
  • Sosa 7 : Marie TURPAUD (1902 -1999) épouse de Raymond FROUIN
  • Sosa 3 : ma mère
  • Sosa 1 : moi-même

Puihardy

Carte d’identité

Puihardy dans le canton de Coulonges-sur-l’Autize est une des communes les moins peuplées du département ; elle ne possédait que 61 habitants en 2017. La population connait toutefois un certain essor puisqu’il n’y avait que 33 habitants en 2004. Puihardy est une commune très discrète et les renseignements donnés par le préfet Dupin, Bélisaire Ledain ou les cartes postales sont rares.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Puihardy par le préfet Dupin vers 1800

PUYHARDY , commune au nord-est et à 7 kilomètres de Coulonges. Sa population est de 80 individus. Le ruisseau de Saumore arrose son territoire, qui produit seigle, blé noir, vin, chanvre, lin et: pommes de terre. Il y a quelques prés ; un moulin à vent. Les seules dépendances de cette commune sont une métairie et 2 borderies.

Le toponyme relevé par Bélisaire Ledain vers 1900

Puyhardy.

Puihardy sur la carte de Cassini

puyhardy cassini

Actes dépouillés par le Cercle généalogique des Deux-Sèvres

-Baptêmes : 244
-Naissances : 36
-Publications de mariage : 4
-Mariages : 96
-Sépultures : 135
-Décès : 18

Sources

– Bélisaire Ledain Dictionnaire topographique des Deux-Sèvres. Éditions UPCP
– Claude Dupin Mémoires sur la statistique du département des Deux-Sèvres. Site Gallica
– Cartes postales : Archives départementales des Deux-Sèvres

Un sosa 2020 (4e épisode)

Aujourd’hui, c’est Jean-Pierre David qui évoque pour nous son sosa 2020. Il est le 4e adhérent à s’être lancé dans ce petit jeu après Marie-Isabelle, Mauricette et Geneviève. Merci à lui. Plutôt que de remonter le temps, Jean-Pierre nous propose de partir de son ancêtre pour arriver jusqu’à lui, ce qui est finalement plus facile à suivre. Une jolie promenade dans le temps et dans la Gâtine (avec un petit crochet en Normandie).

2020 Louis CHATIN
Né vers 1650, marié vers 1670 avec Jeanne MULOT et décédé entre 1693 et 1702.
Deux enfants : François et René.

1010 François CHATIN
Né vers 1674, marié le 18 novembre 1693 à Secondigny avec Hilaire CHABOSSEAU et décédé le 24 décembre 1729 au Beugnon.
Cinq enfants : Jean, Marie, Françoise, Jean et Jeanne.

505 Marie CHATIN
Née le 23 octobre 1695 à Secondigny, elle épouse Jean JOLLY le 27 novembre 1715 à Vernoux-en-Gâtine, elle décède le 13 décembre 1758 à Fenioux, elle était veuve depuis 14 ans.
Trois enfants : Jacques, Mathurin et Marianne.

252 Jacques JOLLY
Né le 24 octobre 1716 à Vernoux-en-Gâtine (source Relevés Cercle 79), marié avec Jacquette LEAUD le 9 février 1746 à Fenioux et décédé le 7 novembre 1764 à Fenioux.
Six enfants : Marie, Jacques, Jeanne, Marie, Marie et Pierre.

126 Jacques JOLLY
Né le 17 septembre 1752 à Fenioux, marié avec Marie AUDURIER le 17 février 1784 à Fenioux (son nom se transforme en «JOLLIT»), il décède le 8 octobre 1837 à Fenioux (veuf depuis 27 ans).
Jacques réside à Fenioux (mariage), puis à Pamplie, Allonne, Les Groseillers et revient finir sa vie à Fenioux.
Sept enfants : Marie-Louise, Marie-Louise, Marie-Madeleine, François, Françoise, Madeleine et Marie-Madeleine.

63 Marie-Louise JOLLY
Née le 21 décembre 1786 à Allonne, devenue métayère elle se marie le 12 février 1814 à Secondigny avec Jacques DECOUX, elle meurt à 50 ans le 23 novembre 1837 à Secondigny, un mois et demi après son père.
Dix enfants : Jean, Marguerite, Marie, Louise, François-Jacques, Pierre, Marie-Julienne, Jean-René, Marguerite et Marie-Madeleine.

31 Marie-Julienne DECOUX ou DECOULT
Née le 11 mars 1824 à Secondigny, se marie avec René Pierre GUIGNON le 14 novembre 1844 à Secondigny, puis après le décès de ce dernier le 1er novembre 1863, elle s’unit à René FAUCHER le 1er février 1864 à Saint-Aubin-le-Cloud. Elle décède le 19 septembre 1877 (à nouveau veuve depuis deux ans).
Trois enfants avec R. P. GUIGNON : Rose, Pierre-Célestin et Victorine.

15 Rose GUIGNON
Née le 26 juin 1849 aux Granges à Saint-Aubin-le-Cloud , elle se marie le 8 février 1870 avec Alexis CAMUSARD à Saint-Aubin, veuve depuis 21 ans, elle décède à Azay-sur-Thouet le 24 novembre 1913.
Onze enfants : Marie-Rose, Jean-Emile, Ernest-Auguste, Louis-Marguerite, Louise-Françoise, Marie-Victorine, Jean-Gustave-Célestin, Marie-Ernestine-Pascaline, Eloïse-Jeanne-Pascaline, Françoise-Augustine et Victor-Marcel-Alfred.
Nota : CAMUZARD ou CAMUSARD selon les actes.

7 Françoise Augustine CAMUZARD (ma grand-mère)
Née le 25 mai 1888 à Saint-Aubin-le-Cloud (dixième enfant de la famille) est servante à « La Verrie » à Vernoux-en-Gâtine où elle rencontre Julien Augustin ROCHAIS, aussi employé dans ce domaine. Ils s’y marient le 29 septembre 1911. Ils résident à Parthenay, puis partent pour la Normandie (travail oblige : grande production de locomotives pour le Chemin de fer, près de Rouen, où la demande d’embauche est forte). Elle nous quitte le 5 novembre 1959 à Sotteville-lès-Rouen.
Trois enfants : Juliette Augustine, Marcel et Maurice (ces deux derniers nés en Normandie).

3 Juliette Augustine ROCHAIS (ma mère)
Née le 12 juillet 1912 à Parthenay (La Mara) elle épouse le 17 avril 1939 Alphonse DAVID à Sotteville-lès-Rouen et nous quittera, à 92 ans, le 19 mars 2005.

1 MOI Jean-Pierre DAVID

Qui sera le prochain à nous évoquer son sosa 2020 ? Il vous reste 8 mois pour le faire et envoyer votre copie à l’adresse du blog genea79blog@laposte.net