Notre actualité fin septembre

Il y a beaucoup d’occasions pour rencontrer le Cercle généalogique des Deux-Sèvres en cette fin du mois de septembre. Vous avez l’embarras du choix. À vos agendas donc :

  • Nous serons présents au 17e Salon du livre de Sainte-Verge près de Thouars le dimanche 22 septembre de 9 h à 18 h. L’avant-veille, vendredi 20 septembre à 18 h, Marguerite Morisson y présentera son ouvrage « Poitevins au Canada aux XVIIe et XVIIIe siècles ».
  • Ce même weekend, nous participerons à notre manière aux Journées Européennes du Patrimoine. Le samedi 21 septembre de 13 h 30 à 17 h 30, nous organiserons une journée Portes Ouvertes à notre local, rue Pierre de Coubertin à Niort. Et le dimanche 22 septembre de 14 h à 18 h, nous serons aux Archives départementales des Deux-Sèvres à Niort, rue de la Blauderie. Vous pourrez nous rencontrer et, en même temps, profiter des animations proposées sur réservation par les AD79 (atelier enluminure, atelier jeu, visite du dépôt).
  • Enfin, nous irons la semaine suivante chez nos voisins de la Vienne, tout près des Deux-Sèvres, à Rouillé le samedi 28 et le dimanche 29 septembre de 9 h 30 à 18 h. Nous serons présents les 2 jours. Le thème qu’ils ont choisi pour cette rencontre est la Généalogie protestante en pays mélusin. Ce sera l’occasion d’entendre à nouveau Marguerite Morisson qui évoquera samedi l’histoire des huguenots dans notre région.
Publicités

Généa79 n° 107 : Histoires d’Airvault

107Le numéro 107 de la revue du Cercle généalogique des Deux-Sèvres est sorti pour ses adhérents. Il est essentiellement consacré à la commune qui nous a accueillis lors de notre dernière Assemblée générale. À Airvault, vous découvrirez donc un abbé du XIIe siècle, une empoisonneuse du XVIIIe siècle, des volontaires républicains durant les guerres de Vendée, l’arrivée de l’électricité au début du XXe siècle et des prisonniers marocains de la Seconde Guerre mondiale.

D’autres articles complètent cette revue (la suite et fin des Gens du château de la Meilleraye – L’enterrement d’un protestant en 1740 – Arsène Léon Largeau, curé jureur et constitutionnel).

Vous trouverez aussi certaines de nos rubriques habituelles ainsi qu’une nouvelle : La bibliothèque du généalogiste.

Bonne lecture.

 

Lectures pour la rentrée

La rentrée approche. Je vous propose deux lectures généalogiques et régionales écrites par des femmes sur des femmes.

à l'envers des silencesTout d’abord, le livre de Danièle Bizet-Billaudeau, vice-présidente du Cercle généalogique des Deux-Sèvres. Quelques années après « Margaux de Montmirail » elle vient de publier « À l’envers des silences » au profit de l’association Épilepsie France. Ce deuxième ouvrage aborde le sujet  de l’épilepsie dans la Vendée agricole d’après la Seconde Guerre mondiale, sur les rives du Marillet précisément. Si la quête de Suzanne Boissonneau vous intéresse, vous pouvez commander l’ouvrage directement sur internet en cliquant sur l’image.

jacquette blanchardEnsuite, « Jaquette Blanchard, meunière au Pin (1731-1804) » de Monique Guérin-Simonnaud, Le livre n’est pas encore sorti mais il est annoncé pour le 13 septembre. Jaquette Blanchard a réellement existé et sa descendance comprend de nombreuses familles du village du Pin et des alentours. L’auteure a beaucoup aimé travailler sur l’histoire de cette femme courageuse qui a connu la fin de l’Ancien Régime, les guerres de Vendée et ses colonnes infernales, les débuts de la Petite Église. Pour plus d’informations sur la sortie de ce livre et pour le commander, là encore, il suffit de cliquer sur l’image.

 

Prosper DEPREDOMME (1918-1997), de Thouars aux Flandres

1308416194DEPREDOMMEProsper

Le dernier article de cette série estivale portera sur un deux-sévrien d’adoption, né à Thouars mais coureur cycliste belge.

Généalogie et Famille

Prosper Charles DEPREDOMME est né à Thouars le 26 mai 1918 et est décédé le 8 novembre 1997 à Anderlecht en Belgique.

Prosper est le fils de David, originaire de Zarren et de Mary Ludovica DESMEDT originaire de Klerken. L’origine thouarsaise de Prosper vient probablement de la présence du père de Mary Ludovica, Evarist DESMEDT à Thouars lors de sa naissance. David DEPREDOMME est marchand, Evarist est ferrailleur.

65168203_573186549878165_5132291013104107520_n

Parcours professionnel

Toute sa carrière il sera quasiment fidèle à l’équipe Wolber.

Côté courses, énormément de courses régionales flamandes et du Brabant. Quelques résultats en Suisse.

Son palmarès est marqué par une victoire par deux fois sur la classique Liège-Bastogne-Liège en 1946 et 1950 et sur le critérium de Bruxelles.

Sur le tour de France, on notera sa troisième place lors de la deuxième étape de l’année 1947.

Sa carrière prit fin au début des années 1950.

C’est ainsi que s’achève ce périple cycliste en Deux-Sèvres, cette série a peut-être porté chance à nos coureurs qui espérons pour Alaphilippe ou Pinot voir un des deux en jaune sur les Champs-Elysées.

Bonnes vacances…

Roger Lacolle (1898-1973), du Cyclo-cross au Tour de France.

LACOLLE

Généalogie et Famille :

Difficile de faire plus Bressuirais que Roger Lacolle né à Bressuire le 8 janvier 1898, parents bressuirais, grands-parents bressuirais.

LACOLLE.png

De la vie personnelle de Roger Lacolle, on sait peu de choses par le biais d’Internet si ce n’est son mariage avec Fernande Mélanie Talheim à Arcueil en 1924 et son décès à Lisieux le 8 mars 1973.

Aucun lieu public porte son nom.

Histoire professionnelle et palmarès :

Roger Lacolle commence sa carrière par le cyclo-cross, épreuve cycliste alternant course de vélo et difficultés obligeant même le coureur à porter son vélo lui-même.

Le groupe Facebook, Bressuire Autrefois, possède une vidéo de Roger Lacolle lors du championnat cyclo-cross de 1922. Autrement sur Gallica vous trouverez quelques images d’archives (cliquez sur ce lien)

Sa carrière de Cyclo-cross est marquée par une 3ème place en 1921 et double fois vainqueur du championnat national en 1922 et 1923 puis une deuxième place en 1925.

Côté route, deux participations au Tour de France en 1923 et 1925 dont sa meilleure place est 42ème en 1925 (16ème de la 14ème étape).

 

La semaine prochaine, nous terminerons notre série avec Prosper Depredomme (1918-1997) : De Thouars aux Flandres.

Arthur Pasquier (1883-1963), du premier Tour de France au demi-fond.

Le premier cycliste à l’honneur sera Arthur Pasquier.

Généalogie et Famille:

Né le 1er mars 1883 à Coulonges-Thouarsais près de Thouars, Arthur Pasquier est le fils de Louis Pasquier et de Elisa Bruneau. Famille typiquement du nord des Deux-Sèvres entre Coulonges et Saint Maurice La Fougereuse vous trouverez son ascendance partielle ci-dessous.

pasquier.png

Arthur se mariera deux fois. D’abord avec Louise Marie Augustine Riotteau à Levallois-Perret en 1911, puis vers la fin de sa vie avec Noelle, Angèle, Louise Gendreau à Levallois-Perret en 1957.

Bien que décédé à Clichy La Garenne, le 4 décembre 1963, il est enterré à Coron, dans le Maine-et-Loire car propriétaire d’une résidence secondaire dès 1923 dans la commune où il venait très souvent en villégiature.

Une place de Coron, porte le nom d’Arthur Pasquier.

Histoire professionnelle et palmarès:

La vie d’Arthur Pasquier a basculé dans le monde du cyclisme durant sa jeunesse à Coulonges-Thouarsais, la première trace officielle est une apparition dans une course à Amboise qu’il remporte en 1895. Nous retrouvons Arthur en 1903 dans une carrière déjà bien confirmée en étant 3ème du Paris-Bordeaux mais surtout une très bonne 7ème place au premier Tour de France organisé en 1903. Il lâche la compétition vers 1909/1910 signant quelques bonnes places notamment au Paris-Roubaix en 1907 car Arthur Pasquier, entre temps devenu motard, entraîneur et industriel, a décidé d’allier ses deux passions en une épreuve assez spécifique le demi-fond.

Qu’est-ce que le demi-fond? Vous connaissez sans nul doute le principe de peloton en cyclisme sur route où ceux de derrière bénéficie de l’effort de celui qui est devant pour faire moins d’effort. C’est exactement le même principe sauf que le cycliste doit suivre une moto adaptée dont le pilote est debout. L’épreuve de demi-fond se déroule en vélodrome sur des circuits de 30 à 100 kms. Cette discipline moins populaire aujourd’hui est encore pratiquée (probablement dû au nombre assez conséquent de décès, Arthur dut faire face au décès d’un coureur lors d’une épreuve en 1937). L’entraîneur ou le pacemaker est celui qui pilote la moto et c’était le rôle d’Arthur.

Une consécration, son duo avec Victor Linart le mènera à 4 titres de champion du monde dans les années 20, il en aura deux autres avec Raoul Lesueur dans les années 40 et 33 titres nationaux toutes périodes confondues jusqu’à sa retraite sportive à l’aube des années 60, sa licence lui étant retirée suite à un malaise en pleine course.

pasquier2

Raoul Lesueur et Arthur Pasquier

Cet article n’aurait pas été possible sans les recherches de Jean-Luc Longeron pour Cholet Vélo Passion, ainsi que le site Le Petit Braquet.

La semaine prochaine, nous nous retrouverons avec une légende bressuiraise : Roger Lacolle, du cyclo-cross au Tour de France.

A bicyclette….

Retrouvez chaque mercredi, pendant les 3 semaines du Tour de France 2019, 3 parcours de cyclistes natifs des Deux-Sèvres qui se sont illustrés dans le cyclisme sur route mais nous verrons également d’autres disciplines liées au vélo.

Ce trajet sera agrémenté d’arbres (généalogiques) et de quelques informations sur les sources annexes concernant ces trois coureurs.

Rendez-vous mercredi pour le premier article : Arthur Pasquier (1883-1963), du premier Tour au demi-fond.