G comme Georges-de-Noisné (Saint-)

Histoire d’une enfant abandonnée au XIXe siècle

Un texte de Sylvette BRIZARD

Saint-Georges-de-Noisné, Bourlabé, un vieux village du Poitou au cœur de la Gâtine. Le 27 avril 1810, des habitants sont réveillés par des cris vers 2 h du matin. Ils se lèvent et découvrent un panier accroché à la treille qui tapissait l’entrée de leur maison. Mais quelle surprise en voyant un bébé, petite fille d’un jour emmaillotée dans du pauvre linge sans aucun signe d’identité.
La déclaration fut effectuée à la mairie par monsieur Lucas et en accord avec le maire monsieur Bordier, on lui donna le nom du village.
Voici son acte de naissance : ( registres paroissiaux Saint-Georges-de-Noisné n° 169)

L’an mil huit cent dix le vingt sept avril à 4 heures du matin, par devant nous François BORDIER, maire officier de l’État Civil de la commune de St Georges de Noisné, canton de Maziéres, arrondissement de Parthenay, département des Deux-Sèvres
Ont comparu François LUCAS âgé de cinquante ans, cardeur demeurant au Bourlabé de cette commune, nous ont déclaré étant ce matin dans sa maison en repos sur les deux heures, Magdeleine BORDAGE sa femme, François CRAIPEAU et Vincent SAIVRES les domestiques, ils ont entendu à leur porte crier et se sont levés de suite. Ils ont trouvé à leur porte au dit lieu du Bourlabé dans une panière « pandilière » à une treille un enfant tel au’il nous le présente emmailloté de trois mauvaises « langières » de boulangerie rousses, une mauvaise brassière de boulangerie grise, de trois mauvais drapeaux, une chemise, une coiffe, le tout en grosse toile, un mauvais mouchoir de cou gris, après avoir visité l’enfant, avoir reconnu qu’il était de sexe féminin, qu’il paraissait âgé d’un jour, nous n’avons trouvé ni série ni marque destinées à la faire reconnaître, de suite avons inscrit l’enfant sous le nom le prénom de BOURLABE Marie et avons confié l’enfant à la citoyenne Suzon MARCETON épouse de Pierre METEI bordier demeurant à la Bourgogne de cette commune, qui nous a promis d’en avoir soin de quoi nous avons dressé un procès verbal en présence de sieur Jean Baptiste TAFFOIREAU percepteur et Louise BERJOUT journalière demeurant au chef lieu de cette commune qui a déclaré ne savoir signer sauf le sieur TAFFOIREAU qui peut soussigner après que lecture lui a été faite du contenu du présent procès verbal. Taffoireau receveur
F. Bordier Maire

 

1.pngC’est alors que commença l’histoire de Marie Bourlabé, mon ancêtre, qui ignora tout de ses origines. De multiples recherches m’ont permis de reconstituer l’itinéraire difficile d’une enfant qui partait avec la devise « L’enfant trouvé risque fort de rester plus ou moins un paria »

En effet, au début de ce siècle, l’abandon des nourrissons devint un phénomène massif lié à l’accroissement de la population et à la misère grandissante. La disette frappa à plusieurs reprises. Des années sombres furent difficilement supportées par les paysans qui avaient à peine de quoi se nourrir. De nombreuses mères et leurs bébés mouraient au cours de leurs couches. Les enfants étaient souvent abandonnés à la porte des hospices ou sur le parvis des églises. C’est ainsi que mon ancêtre a été abandonnée à un jour dans le village de Bourlabé, nom qui lui a été attribué. Vêtue pauvrement, le mystère reste entier sur ses origines car elle ne portait aucun signe ni objet distinctif. À cette époque, des jeunes filles, bien souvent abusées et systématiquement rejetées par leur famille, n’avaient d’autres solutions que d’abandonner leur enfant la mort dans l’âme, pour peut-être leur sauver la vie…

Le décret impérial du 19/11/1811 précisait que tous les enfants nés de pères ou mères inconnus ont été trouvés exposés dans un lieu quelconque ou portés dans les hospices destinés à les recevoir. Les abandons étaient si nombreux qu’une tour d’abandon fut construite à Parthenay en 1816 puis fermée en 1861. Ces nouveaux-nés étaient baptisés immédiatement.
Ce même décret stipulait que ces enfants resteront en nourrice ou en sevrage jusqu’à l’âge de 6 ans. Ces nourrices étaient des femmes pauvres du peuple.

Marie Bourlabé eut une grande chance puisque qu’elle fut confiée à madame Mettais qui habitait au village de la Bourgogne, tout prés du lieu de son abandon, village situé au creux d’une vallée sauvage et solitaire où Marie s’installa après son mariage.
Elle semblait d’une bonne constitution car j’ai lu que la moitié de ces enfants trouvés mouraient à la fin du premier mois et seulement un sur cinq atteignait l’âge de deux ans.

Mes recherches m’ont permis de retrouver le registre de correspondance de l’administration des affaires de l’hôpital de l’Hôtel-Dieu de Parthenay contenant les envois et les réponses (octobre 1791 – 5 juin 1813) répertorié L14 aux archives de Parthenay. Il reprend le nom des nourrices et des enfants confiés entre 1791 et 1812, ce qui m’a permis de retrouver plus de précisions.

Ci-joint, un extrait de la séance du 1er août 1810 à laquelle se sont présentées les nourrices « des enfants bâtards » portés au tableau ci-après, lesquelles ont réclamé le paiement qui leur est dû pour la nourriture des enfants dont elles sont chargées pour le mois de juillet :

2.pngMarie fut donc confiée officiellement à partir de 3 mois 4 jours à dame Mettais pour 6,50 francs mensuels puis vers 4 ans à l’orphelinat, en l’occurrence pour Marie à l’hospice de Parthenay. J’ai recherché le registre des enfants trouvés de l’hôpital-hospice de Parthenay mais ce registre est inexistant car la période est trop reculée. Par contre je sais qu’elle s’y trouvait car pour son mariage c’est le maire de Parthenay qui a donné son accord car il représentait la Commission administrative.

À cette époque, ces hospices accueillaient également des vieillards, des mendiants et autres indigents. Une discipline de fer y régnait, les enfants apprenaient à travailler le règlement l’exigeait. « Le travail est obligatoire au sein de l’hospice pour tout individu en état de se lever. » Ainsi les quelques sous qu’ils gagnaient s’ajoutaient au budget de l’établissement. Les sœurs leur dispensaient des soins corporels et médicaux.

Toutefois, l’orphelinat ne représentait qu’une étape pour ces enfants assistés avant qu’il ne puissent être loués ou placés en usine ou dans une ferme. Ils étaient souvent considérés comme des travailleurs à part entière dès l’âge de 7 ans. S’ils travaillaient dans les mines ou en usines, ils étaient soumis à une autorité sévère, ils ne représentaient que des instruments de travail faciles à exploiter, travaillant de 6 h du matin à 20 h. Dans les fermes, ils n’étaient certainement pas mieux traités.
Marie Bourlabé avait vraisemblablement été placée au logis de Danzay car sur son acte de mariage, il est stipulé qu’elle était servante dans ce lieu.
Ce domaine était un ancien logis seigneurial ceint de douves et protégé par une ceinture de murailles qui appartenait aux de Clervaux , vendu à plusieurs reprises à des familles nobles pour être vendu au profit de la nation à François Grasseau, marchand d’étoffes de laine à Saint-Maixent, en 1793. Puis il fut revendu en 1919 à M. et Mme Good, docteur à La Mothe, qui étaient par conséquent ses employeurs. Sur l’acte de mariage, il est bien précisé que Marie était fille de confiance. Elle n’avait pas encore 21 ans, elle épousa donc le 15 février 1831 Étienne Ducreau, bordier, qui habitait aux Fontaines lieu-dit de la même commune. (acte n°196).

Sous peine de mésalliance et donc de déchéance sociale, il convenait de se marier dans le même milieu social, le plus important était de conclure un mariage assorti car le mariage met en jeu les intérêts profonds de la famille sur le plan financier mais aussi quant à sa position, son statut dans la hiérarchie villageoise. (Les paysans de Gâtine de Jacques Peret). Il y avait des exceptions puisque Marie ne possédait aucune dot et son mari n’était pas pauvre car 2 ans après leur mariage, il achetait une borderie à la Bourgogne, commune de Saint-Georges-de-Noisné. Il fit un héritage considérable en 1856 où il reçoit des terrains, des bâtiments, et la maison auberge de Saint-Georges-de-Noisné.
Ils eurent 6 enfants : Marie, Madeleine, Rosalie décédée à 3 ans, Joseph, Jean et Toussaint.

Leur fils Joseph vécut avec eux ainsi que son épouse, Marie-Françoise Chaigne, qui donna naissance à 2 filles, Marie-Rosalie et Radégonde qui connurent très peu leur mère qui fut victime d’une pneumonie contractée dans l’eau glaciale du lavoir où elle s’était rendue laver le linge de la famille comme c’était la coutume à l’époque. Fragilisée par sa grossesse récente, elle ne survécut pas et ce fut Marie Bourlabé qui s’occupa de ses 2 petites-filles puisque leur père ne se remaria pas.

3
Le site de la Bourgogne
4
Les ruines de leur habitation

Au village de la Bourgogne, aujourd’hui déserté (seulement 5 habitants) vivaient 7 foyers (environ 30 habitants en 1861). La vie de ces petits cultivateurs, propriétaires de leurs biens, se déroule dans l’habitat traditionnel : « des maisons très petites enfoncées de plus d’un pied au-dessus du niveau du sol, souvent sans fenêtres, ne recevant que peu de lumière. Très souvent, la chambre est commune avec plusieurs lits. » (Description du préfet Dupin sur les conditions de vie sur les paysans de Gâtine). C’est pourquoi Joseph Ducreau, a agrandi sa maison en achetant en 1880 celle de sa sœur Madeleine, veuve en première noces de Louis Perrotin et en secondes noces de Jean Simonnet, L’acte de vente précise qu’il s’agissait d’une chambre de construction récente avec un grenier dessus, un cellier et un toit à porcs contigu.

Cette maison a été vendue et à ce jour elle est encore debout mais on voit des ruines derrière qui sont probablement les restes de la maison initiale. Dans cet acte de vente en ma possession (du 6 octobre 1880), il est précisé qu’en plus, Joseph a acheté à sa sœur des terrains, un fournil avec un four commun, la moitié d’une aire indivise et… « le cinquante quatrième d’une châtaigneraie ou quéreux du même village ».

À cette époque, la propriété avait une importance considérable, et en Gâtine où les terres de médiocre qualité n’avaient pas un rendement suffisant, l’élevage complétait ces revenus. Les femmes faisaient leur pain de seigle et d’orge dans le four commun et le pain à base de froment pour les jours de fête, Elles barattaient le beurre et l’élevage des volailles permettait de consommer des œufs et on tuait un cochon de temps en temps afin d’ améliorer le quotidien. Depuis le début du siècle, on cultive les pommes de terre qui se gardent tout l’hiver quand il n’y a plus de légumes et la région étant propice aux arbres fruitiers, chaque cultivateur possédait sa vigne. Aussi, cette population n’a pas connu de restrictions alimentaires mais surtout un manque de confort au niveau de l’habitat et de l’environnement car les moyens de communication étaient rares, les chemins boueux souvent impraticables. De ce fait, le monde rural de ces villages isolés en Gâtine avait une mentalité assez fermée, peu encline au progrès. Le Préfet Dupin résume la description de cette population au XIXe siècle comme suit : « L’homme du bocage a une taille médiocre mais assez bien prise : tête grosse, teint pâle, cheveux noirs, yeux petits mais expressifs ; son tempérament est bilieux et mélancolique ; son esprit est lent mais non sans profondeur ; son cœur est généreux mais irascible sa conception peu facile mais sûre… son humeur mélancolique et les préjugés superstitieux qui le gouvernent tiennent essentiellement au pays qu’il habite, Il vit isolé dans sa chaumière, ne voyant autour de lui que de larges fossés, des haies impénétrables. Il n’y a dans ces contrées aucune ville qui répande la civilisation, aucune route qui y conduisent des étrangers, qui favorise la circulation, qui permettent aux habitants de se fréquenter, et aux passions humaines de s’adoucir…»
Mais cet énarque restait extérieur, ce monde lui était étranger, il avait pourtant ses plaisirs avec les cérémonies des mariages, les rites de la moisson, les danses du Poitou comme la gavotte, le branle et le menuet les veillées où chacun racontait des histoires de loups-garous, de sorcellerie car ils sont superstitieux mais aussi très pieux. Ils ont une confiance aveugle en leurs prêtres qui les conseillent… La solidarité des habitants se révélait face aux événements graves. Ces gens simples savaient aimer comme les autres.
Les paysans sortaient peu mais, le dimanche, ils allaient aux lieux de réunions dans les auberges, ou même à la croisée des chemins et adoraient les jours de foires et de marchés. Les foires attiraient les marchands étrangers, notamment des Espagnols et d’autres issus du Languedoc ou de l’Auvergne.
Quand son mari Étienne Ducreau décéda à 68 ans le 3 mai 1867, elle fit une donation partage à ses enfants de son patrimoine excepté de sa maison et de son jardin en échange d’une rente viagère ou pension alimentaire de 300 francs en bonnes espèces métalliques du cours du jour, à lui payer le 29 septembre chaque année pendant la vie et jusqu’à son décès époque à laquelle la rente viagère sera éteinte. (donation partage du 10/06/1867 sous le numéro 3 E 14642)
Nos ancêtres savaient se montrer prévoyants s’ils en avaient les moyens afin de compenser l’absence de retraite et de protection sociale…

Quelques années plus tard, elle suivit son fils Joseph qui eut l’opportunité de s’installer avec ses deux gendres et ses deux filles au domaine de la Couture de Saivres, propriété ayant appartenu à des petits seigneurs poitevins avec des bâtiments imposants et 30 hectares de terres bien meilleures qu’en Gâtine, 3 étangs, un pigeonnier et une ancienne chapelle.
C’est dans ce cadre que Marie Bourlabé termina sa vie entourée des siens. Elle mourut à 85 ans.

Et l’histoire de cette grand-mère se transmit oralement au sein de la famille sans trop de précisions. Merci aux archives qui conservent si précieusement les documents de permettre de faire revivre le destin des gens simples et parfois défavorisés de par leur naissance.

5

8 commentaires sur « G comme Georges-de-Noisné (Saint-) »

  1. Article émouvant sur une époque très difficile pour nos ancêtres. Absence de soin, grossesse à répétition et travail épuisant jusqu’au dernier souffle n’ont pas empêché certains d’entre eux de vivre au-delà de 80 ans. Merci

    Aimé par 2 personnes

  2. Une très belle histoire très bien racontée d’une enfant qui aurait dû mourir en bas âge ou avoir une existence très difficile, et qui finalement s’en est bien sortie, et a laissé une trace orale dans la mémoire familiale.

    Aimé par 1 personne

  3. Je retrouve tellement l’histoire de ma chère Mémé Thomaïse, abandonnée au tourniquet de l’hôpital de l’Hôtel Dieu à Poitiers. Merci beaucoup Sylvette d’avoir conté cette vie bien mal commencée mais qui se termine au sein d’une famille méritante et qui surtout, revit à travers vos écrits.

    Aimé par 1 personne

  4. Magnifique ! Je garde cet article dans mes réserves, pour le remettre en lumoère lorsque je continuerai les aventures de MArie-Amélie sur mon blog, elle aussi enfant trouvée à Niort.
    De plus, mon W du ChallengeAZ 2Sèvres résonne déjà en écho de cet article 😋
    Merci beaucoup !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s