R comme (la) Royauté de Saint-Aubin-le-Cloud

Un texte d’Annie LARROUY

La Royauté (parfois nommée Réate, Rehaute), est un hameau de plusieurs feux sur la commune de Saint-Aubin-le-Cloud, en Gâtine, près de Parthenay. Elle est située sur la route qui relie la commune à Azay-sur-Thouet, tout près du chemin de Vernoux. C’est là où je suis née.

La Royauté, un nom qui m’a fait rêver… Louis Hugeat (instituteur à Saint-Aubin-le-Cloud de 1973 à 1987) a écrit sur ledit lieu. Il cite le Petit Gâtinais du 29 janvier 1905 dans lequel parait une notice historique sur la commune de Saint-Aubin-le-Cloud. Selon lui, elle aurait été écrite par l’abbé Émile Furet, curé de Saint-Aubin. Nous pouvons lire : « À peu de distance est un village qui fut jadis sous la suzeraineté de François Ier, le village de la Rehauté ». La tradition orale rapporte que « François Ier se serait arrêté sur les terres de la Royauté en se rendant à La Rochelle pour tenter d’apaiser les habitants irrités par l’instauration d’un nouvel impôt sur le sel ». Royal, mais aucune source n’est citée et les chroniques de l’époque sont muettes.

Louis Hugeat évoque Charles BUIGNON, seigneur de la Réate et des Granges.

photo1.jpg

Dans le Dictionnaire Historique et Généalogique des Familles du Poitou de Beauchet-Filleau, nous trouvons trois Charles BUIGNON dans la branche de la Glouère. « Le premier, seigneur de la Réate vivait en 1667, le second, seigneur de la Réate et de la Glouère vivait en 1720 et le troisième, seigneur de la Glouère de Vasles ».  Sachant qu’à Vasles existent les villages de la Réate et de la Gloire… Rien ne prouve que Charles BUIGNON fut seigneur de la Réate de Saint-Aubin-le-Cloud. Un certain Simon GIRARD aurait fait don des terres de la Réate à l’abbaye de L’Absie. S’agit-il de la Royauté de Saint-Aubin-le-Cloud ?
Sur la carte de Cassini, dressée vers 1737, nous trouvons le nom de la Royauté.

photo2.jpg

En l’an XI (1802-1803), dans son Dictionnaire Géographique Agronomique et industriel du Département des Deux-Sèvres, le préfet Dupin (premier préfet des Deux-Sèvres de 1800 à 1813) cite la métairie de « la Reauté » à Saint-Aubin-le-Cloud.
Le cadastre napoléonien de 1858 représente la « métairie de la Royauté » avec deux habitations.
photo3.jpg

Nous avons identifié différents propriétaires depuis 1718. Cette année-là, elle appartient à Jacques PINEAU de VIENNAY de LUCE. La même année, celui-ci achète le château du Grand-Lucé dans la Sarthe. La famille PINEAU de VIENNAY, possède également les Touches de Saint-Aubin-le-Cloud et la Pechellerie du Tallud. En 1838, c’est l’époux de sa petite-fille, François Frédéric ACHARD JOUMARD TISON marquis d’ARGENCE de Marcilly-sur-Maulne* qui en est propriétaire. La Royauté restera dans la famille d’ARGENCE jusqu’en 1878 date à laquelle elle est rachetée par la famille BELLIARD. En 1885, une donation-partage est actée en 3 lots et une rente pour les 4 enfants. Par la suite, il sera créé un autre hameau, la Chagnée ou « Petite Royauté ».

C’est en 1932 que mes grands-parents arrivent à la Royauté pour y exploiter une borderie qui sera reprise par mes parents en 1959 jusqu’en 1968. Cette borderie appartient à Valérie VASLIN, née BELLIARD, fille d’un des trois frères BELLIARD, bénéficiaire d’un lot lors de la donation-partage de 1885. Les deux autres lots appartiennent toujours aux descendants directs BELLIARD. Dans le hameau qui compte désormais 3 habitations, c’est comme une grande famille. Mes voisines appellent ma grand-mère « Tata Adrienne », et notre voisine est « Tata Marie »… Les descendants de la famille BELLIARD, sont restés propriétaires des trois lots de la Royauté d’origine jusqu’en 1968. En 1968, la borderie exploitée mes parents est mise en vente. Les terres sont achetées par les agriculteurs voisins et les bâtiments par mes parents. C’est l’année où je quitte ma terre natale pour la capitale…

photo4Louis HUGEAT évoque un logis fortifié et les souterrains. Nous pouvons encore voir une fenêtre à meneaux sur un bâtiment. Une tour existe encore dans une habitation, une autre fut démolie après les années 1950. Son contour figure sur le cadastre napoléonien de 1838. Lorsque j’étais enfant, mes parents ont jugé prudent de combler l’entrée d’un souterrain !!!

photo5.jpg

photo6Le même cadastre montre deux habitations et le recensement de 1872 dénombre deux feux. Depuis la fin du XIXe, la Royauté compte trois habitations.

Récemment, un lot de pièces anciennes fut découvert sous le ciment de la pièce de séjour dans la maison dans laquelle j’ai grandi… J’ai vécu sur un trésor !!! La Royauté n’a pas livré tous ses secrets.

* En 1776, il épouse Adélaïde, la fille de Jacques PINEAU de VIENNAY de LUCE, à Ceaux en Couhé dans la Vienne. Il est alors capitaine dans le régiment du Roi. La famille TISON d’ARGENCE est originaire de l’Angoumois.

Sources :
– Gallica, Noms Féodaux et noms de ceux qui ont tenu fiefs en France, première partie, Paris, 1826
– Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest (MSAO), tome XIII, 1936. Archives Historiques du Poitou, XXV, 1895, Cartulaire et Chartes de l’Abbaye de l’Absie, Bélisaire LEDAIN.
– Archives Départementales de la Vienne (AD86), EN722

3 commentaires sur « R comme (la) Royauté de Saint-Aubin-le-Cloud »

  1. Les toponymes des Deux-Sèvres, la Royauté, l’Hirondelle, Chatecoucou… font rêver les petites filles pendant que les garçons s’amusent en pensant à l’Annerie, la Connerie, Vide-Bouteille ou Monfumier… Merci Annie de nous rendre une part de rêve et d’enfance.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s