Y comme EmbrYologie sacrée – Baptême par une sage-femme

Un article de Monique BUREAU

Toujours lors mes recherches sur mes ancêtres de Secondigné-sur-Belle et des paroisses voisines, j’ai trouvé un acte de baptême/décès du 17 juillet 1672, rédigé d’une façon sortant de l’ordinaire par le prêtre P.Feyti, prêtre à la si belle écriture, dont j’ai déjà parlé dans l’article « Anniversaires à ne pas oublier » sur le blog du Cercle Généalogique des Deux-Sèvres :

« Magdeleine Anthier femme de Pierre Gaultier conjoint demeurant au village de Beynay en cette paroisse s’accoucha hier environ les neuf heures avant mijours d’un enfant après avoir demeuré trois ou quatre jours en grand travail et danger de mort et à cause dudit péril le dit enfant a este baptisé à la maison sur l’heure mesme par Marie Mulot Veufve ayant observé les choses les plus nécessaires comme la matière, la forme et l’intention requise au Ministère suivant l’examen qui par nous en a este faict et oüy les réponses de la dite Mulot et bien peu de temps après l’enfant décéda et son corps a este transféré en cette église paroissiale de Secondigné, en laquelle les funérailles ont este faictes & son dit corps inhumé dans le cimetière de cette dite paroisse et en les sépultures de ces prédécesseurs ce dimanche dix septième jour du mois de juillet 1672, environ les sept heures du matin par moy P Feyti prestre »

Registre Secondigné BMS 1649-1710, vue 142/261

https://archives-deux-sevres-vienne.fr/ark:/58825/vta64ed806b8e955ae2/daogrp/0/142

La phrase « ayant observé les choses les plus nécessaires comme la matière, la forme et l’intention requis au Ministère suivant l’examen qui par nous en a este faict et ouy les réponses de la dite Mulot »  m’a interpellée, mes cours de catéchisme remontant à un certain temps!

J’ai donc fait des recherches :

– J’ai commencé par regarder le Rituel du Diocèse de Poitiers : s’il m’a apporté des éclaircissements sur « la forme » et « la matière », je n’ai rien trouvé sur « l’intention ».

– J’ai continué mes recherches et j’ai trouvé un e-book  « Abrégé de l’embryologie sacrée, ou Traité des devoirs des prêtres, des médecins, des chirurgiens et des sages-femmes envers les Enfans qui sont dans le sein de leur mère » datant de 1766 qui apporte des réponses aux trois points ci-dessus.

Attention, âmes sensibles s’abstenir, le sujet est un peu « morbide ».

Les pages  276 et suivantes de l’ouvrage précisent les conditions dans lesquelles une sage-femme peut baptiser un enfant :

Chapitre IV

De l’attention des Curés à instruire les Sages-femmes. Examen des Sages-Femmes.

ARTICLES

Sur lesquels il faut examiner les sages-femmes

Article I.

De la personne qui doit baptiser

Le baptême conféré par toute personne Ecclésiastique, Laïque, homme ou femme, Fidèle ou Infidèle, est valide, quand il est conféré avec la matière, la forme & l’intention requise.

La sage-femme n’est autorisée à baptiser que dans certaines conditions !

Article II.

Du moment où il faut baptiser.

Article III. De L’intention de celui qui baptise.

« Son intention doit être de faire ce que l’église fait, c’est-à-dire,  ce que Jésus-Christ a institué ».

Article IV. Du sujet qui doit être baptisé.

Cet article précise les différents cas possibles (enfant sorti, encore dans le ventre de sa mère …) et en fonction de ces situations,  comment la sage-femme doit réaliser le baptême.

Article V. De la matière du Baptême.

« La matière est l’ablution avec l’eau naturelle, c’est-à-dire l’eau de pluie, de mer, d’un fleuve, d’une fontaine, d’un puits…. »

Article VI. De la forme.

« La forme de ce sacrement consiste dans ces paroles : je te baptise au nom du Père, & du fils, & du Saint-Esprit : ego te baptiso in nomine Patris, & Filii, & Spiritus Sancti ».

Article VII. De l’application de la forme à la matière.

« Il faut proférer les paroles en même temps qu’on verse l’eau … »

Article VIII. Avis qu’on doit donner aux sages-femmes quand on les examine.

« La fonction de sage-femme demande beaucoup de charité et de prudence … »

A la lecture de ces pages, nous comprenons les difficultés auxquelles étaient confrontées les sages-femmes ! Et une fois de plus, je constate que le prêtre Pierre Feyti a scrupuleusement respecté le rituel et l’a formalisé dans l’acte qu’il a rédigé le 17 juillet 1672.

5 commentaires sur « Y comme EmbrYologie sacrée – Baptême par une sage-femme »

  1. J’avais été très surprise en lisant un jour : « la matronne a baptisé son enfant sur un bras au passage qu’elle a déclaré avoir vu remuer ».
    J’ai tout compris ! enfin je crois. Merci !

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s