René Rochais, un enfant de Gâtine épris de liberté

Un texte de Jean-Pierre David.

René Denis  Rochais arrive au monde le 9 octobre 1788 à La Chapelle-Seguin, le premier enfant de Louis, métayer et Marie-Jeanne Beaujeau. Trois garçons et quatre filles agrandiront la famille.

Conscrit en 1808, il refuse l’incorporation et, en tant que réfractaire, partage début 1808 une cellule à la maison d’arrêt de Niort avec Louis Cartier et Paul Gué, vraisemblablement réfractaires eux aussi.

Puis, on le retrouve en 1812 soldat mineur dans un bataillon engagé dans la guerre d’Espagne. Nul ne sait comment et pourquoi il se retrouve à Sainte-Marie (je n’ai pas réussi à déterminer l’endroit exact).

Ne voulant toujours pas faire la guerre, on le retrouve  errant dans la campagne ce qui va causer sa perte comme l’atteste le procès-verbal ci-dessous.

René était le frère de mon quadrisaïeul Pierre Rochais.

AD79 Décès La Chapelle-Seguin (1803-1816), vue 75/99

L’an mil huit cent douze le dix du
mois de décembre je soussigné Maire de la
commune de la Chapelle-Seguin faisant les
fonctions d’officier public de l’Etat Civil de la
ditte commune canton de Montcoutant
département des Deux-Sèvres ai inscrit sur
le présent registre en exécution de l’article
quatre vingt dix huit Code Napoléon l’expédition
de l’acte dont suit la teneur

L’an mil huit cent douze le vingt septième
jour du mois de mai avons nous Maurice
Désiré Declos Le Peley commissaire des guerres
adjoint chargé du service de la place de Sainte
Marie sur l’avis qui nous a été donné par
Monsieur Renard capitaine commandant la
3e Compagnie du 2e Bataillon de mineurs qu’un
de ses soldats venait d’être apporté mort à
la caserne, nous nous sommes transportés sur
les lieux accompagnés de Monsieur Ignacio
Granados adjudant major de place, où là
étant nous avons reconnu un corps percé d’’une
balle. Le Capitaine Renard nous a déclaré
être celui du Sieur Rochais (René) fils de Louis
et Jeanne Beaujaud né à La Chapelle-Seguin
département des Deux-Sèvres nous avons
confronté avec le signalement porté sur
le registre matricule de la Compagnie nous
en avons reconnu l’identité
ayant demandé les causes de la mort
du Sieur Rochais, nous a déclaré le
Sieur Granados que ce soldat ayant été pris
en maraude dans la campagne il le conduisit
au poste prochain là le caporal commandant
le poste donna l’ordre à un soldat de garde
de le conduire chez le commandant de la place
qu’au coin d’une rue le Sieur Rochais voulant
s’échapper se mit à courir que la soldat le
menaça deux fois et qu’à la troisième son
prisonnier ayant continué de s’enfuir il
lui tira son coup de fusil qui le tua sur le champs
Nous n’avons trouvé aucun papier sur le
défunt en foi de tout que nous avons classé
le présent procès-verbal que les personnes désignées ont signé avec nous.
Fait à Sainte Marie les jour, mois et an que
dessus en six expéditions
Signé Renard capitaine commandant la Compagnie
Granados adjudant de place – Duclos       

Certifie la copie ci-dessus conforme au
Procès-verbal qui nous est parvenu le huit dudit mois

Une bien triste fin pour un jeune réfractaire !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s