X comme de DamviX à Saint-MaiXent

Un texte de Frédéric PONTOIZEAU
blog De moi à la généalogie

Lorsque le choix du thème pour le ChallengeAZ 2022 de Généa79 s’est porté sur les migrations, j’ai assez rapidement pensé à une migration temporaire et relativement récente dans ma généalogie. En effet, mes grands-parents maternels vendéens se sont installés en Deux-Sèvres durant près de deux ans dans les années 1930. Je vais donc vous présenter les détails de cette migration mais aussi les préliminaires de cette dernière.

Fernand BOUCHET est né en mars 1912 dans un petit village d’une commune vendéenne, au cœur du marais poitevin : Damvix. Cette commune a la particularité d’être limitrophe de deux départements, la Charente-Maritime sur sa limite sud et les Deux-Sèvres sur sa limite est.

Les parents de Fernand sont fermiers, mais Fernand ne pourra pas perpétuer la profession paternelle de par un problème physique. Au début des années 1920, Damvix érige son monument dédié aux Morts pour la France durant la Grande Guerre. L’emplacement de ce monument est situé en face de l’école des garçons. C’est lors de cette construction que Fernand, s’amusant sur le chantier avec ses camarades, chute et se fracture le tibia droit !

Cette fracture engendre des frais médicaux et chirurgicaux que ses parents ne peuvent pas engager, le conseil municipal de Damvix, dans sa session du 23 juillet 1922, l’admet aux bénéfices de l’assistance médicale. Fernand doit se faire opérer à l’hôpital de Fontenay-le-Comte. Le coût de cette opération est de 690 francs, le conseil municipal alloue alors aux parents de Fernand une somme de 500 francs pour les aider à payer cette opération chirurgicale « en raison des circonstances spéciales dans lesquelles s’est produit l’accident ». Cette aide est délibérée lors de la session du conseil municipal du 15 mai 1923.

À la sortie de l’école, cette impotence pousse Fernand à se diriger vers un métier artisanal, il part donc en apprentissage chez un cordonnier. Au début des années 1930, on le retrouve lors du recensement de la population. Fernand a 19 ans et il est ouvrier cordonnier rue de la Combe à Benet où il est logé par son employeur Maurice BESLY (1876-1962).

Peu de temps après, Fernand est convoqué au conseil de révision de La Roche-sur-Yon en vue de son recrutement militaire. La décision du conseil de révision est son classement dans la seconde partie de la liste de 1932 (service auxiliaire) pour le motif d’une impotence fonctionnelle de la jambe droite.

De par sa date de naissance, Fernand est incorporé le samedi 15 avril 1933, avec date effective au jeudi 20 avril au 107e Régiment d’Infanterie d’Angoulême en Charente comme soldat de 2e classe.

Il y restera une année et sera renvoyé dans ses foyers à Damvix le jeudi 19 avril 1934, après avoir obtenu son certificat de bonne conduite. À cette époque, Fernand rencontre sa future épouse, Louise POUVREAU, jeune fille de 18 ans (née en mai 1916) de la commune voisine de Saint-Sigismond.  Après la rencontre des deux familles et quelques temps de fiançailles : le mardi 11 juin 1935, Louise et Fernand se retrouvent devant le maire de Saint-Sigismond pour s’unir devant la loi, ensuite ils passent devant monsieur le curé en l’église de cette même commune pour s’unir devant Dieu. Louise a 19 ans, Fernand lui a 23 ans. Petite anecdote, Louise se marie 19 ans jour pour jour après son baptême. Après leur mariage, le jeune couple a décidé de partir s’installer dans les Deux-Sèvres, en périphérie de Saint-Maixent-l’École à environ 50 kilomètres.

Lors du recensement de population du printemps 1936, Louise et Fernand louent une pièce dans une maison dans le village de l’Ouillette près de la Croix Neuve sur la commune de Saivres, mais très proche du centre de Saint-Maixent-l’École. Dans cette maison vit aussi la famille ARMAUDY : les parents Louis 70 ans et Léontine 67 ans, leur fille Yvonne 37 ans et leurs deux petites-filles, Antoinette et Jeanne, 17 et 14 ans. Fernand a trouvé un emploi chez Roger ALLEAUME (1895-1963) cordonnier au 13 rue Châlons de Saint-Maixent-l’École.

Un an après leur mariage, en juin 1936, Louise est enceinte de plus de six mois et le couple déménage. Ils partent pour le centre de Saint-Maixent-l’École, à une centaine de mètres de l’abbaye. Leur adresse est le 14 Rue Vauclair, au rez-de-chaussée. Une photographie immortalise le lieu.

Suite à la victoire du Front Populaire quelques semaines plus tôt, ce mois de juin 1936 est aussi celui des congés payés pour tous les Français. Louise accouche de son premier enfant le jeudi 27 août, c’est une petite fille qui est prénommée Josette. Les mois passent et le couple décide (pourquoi ?) de repartir pour Damvix au printemps 1937.  Louise est alors enceinte de quelques mois de son deuxième enfant.

Lorsque le couple s’est installé dans ce secteur, Louise savait-elle que, de nombreuses décennies plus tôt, nombre de ses ancêtres y vivaient ? La plus proche dans le temps, son aïeule à la 8e génération, Charlotte GIRARD était née en 1712 sur la paroisse de Saivres… Un certain nombre d’ancêtres protestants de Louise s’étaient d’ailleurs unis dans le temple de Saint-Maixent, la plus ancienne union retrouvée dans ledit temple date de janvier 1590, celle de Michel PANOU et Perrette MOUSSET, ancêtres de Louise à la 13e génération.

Quelques années après leur migration deux-sévrienne, juste après l’Armistice de mai 1945, Louise et Fernand décident de nouveau de migrer. Cette fois ci la famille (qui compte alors quatre enfants dont ma mère née en octobre 1944) se dirigera vers la Charente-Maritime pour une migration définitive, mais cela est une autre histoire.

Publicité

4 commentaires sur « X comme de DamviX à Saint-MaiXent »

  1. La soeur de mon arrière arrière grand mère avait épousé un Désiré BOUCHET de Damvix. J’ai retrouvé le lien entre Désiré et Fernand. Ils seraient tous les deux descendants d’André BOUCHET et Hilaire BOURGOIN par le double mariage de deux frères BOUCHET avec deux soeurs LAMBERTON en 1743.

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s