Les pierres tombales de l’église de Saint-Léger-de-Montbrun (2/2)

Un texte de Pascal Desbois-Fillon, auteur du livre « Les monuments religieux, templiers, hospitaliers et privés des Deux-Sèvres », et Monique Bureau

Lors de sa visite de l’église, Pascal a photographié quatre pierres épigraphiées : trois sont des pierres tombales. Le premier article publié le 22 décembre 2022 était consacré à la pierre tombale de Louise DE LA VILLE DE FEROLLES, femme de Léon AUBINEAU, écuyer, seigneur de Rigny-sous-Vrère.

Dans ce deuxième article, nous poursuivons notre visite à la découverte des deux autres pierres tombales : la deuxième pierre tombale est celle de Pierre CHACHEREAU :

CY GIST LE CORPS DE

FEU MONSIEUR PIER

RE CHACHENEAU

SEIGNEUR DE VRERE

AGE DE  33 ANS DECEDE

LE  20 JUIN  1755

PRIEZ DIEU POUR

LE REPOS DE SON

AME

Nous avons trouvé l’acte de sépulture :

AD 79 BMS Saint-Léger-de-Montbrun 1708-1766 E DEPOT 269 / 2 E 261-2 Vue 271/333

aujourd’hui 21 juin a été inhumé dans cette église

le corps du sieur pierre chachevreau seigneur de Vrère

agé d’environ trente deux ans, en présence du sieur

Menoü son beau père, des sieur de la Martinière

roy et boduceau ses beau frères et autres de la

famille. Dujon, curé de Montbrun

Pierre CHACHEREAU, sieur de Vrère, avocat en parlement, est le fils de François CHACHEREAU, avocat fiscal de Bressuire, avocat en parlement à Thouars, et de Marie-Thérèse PESSEU, et le petit-fils de François CHACHEREAU, archer de la maréchaussée à Thouars, et de Marguerite POUIT.

 Il a été baptisé le 6 mars 1678 à l’église Saint-Médard de Thouars. Il a épousé le 3 mai 1746 en l’église Notre-Dame du Château à Thouars, Jeanne MENOUST, fille de Pierre MENOUST, marchand, maître tanneur, et de Jacquette DE BRION et petite-fille de René MENOUST, aussi marchand tanneur, et de Jeanne BRUREAU.

Pierre CHACHEREAU a six frères et six sœurs, dont :

-Marie qui a épousé le 22 novembre 1735 à Thouars, Laurent BAUDUCEAU (BODUCEAU), notaire et sénéchal du comté Vihiers, puis juge civil, criminel et de police de la baronnie de Doué, puis de Passavant,

-Renée Thérèse qui a épousé le 10 avril 1741 à Thouars, Louis ROY, sieur de Brétignolles, échevin,

-Marthe qui a épousé le 3 avril 1742 à Thouars, Jean Baptiste MARTIN DE LA MARTINIERE.

Nous retrouvons là les témoins cités dans l’acte de sépulture de Pierre CHACHEREAU, ses trois beaux-frères.

Pierre CHECHERAU et Jeanne MENOUST ont eu cinq enfants :

Marie, baptisée le 2 octobre 1748 en l’église de Saint-Léger-de-Montbrun :

AD 79 BMS Saint-Léger-de-Montbrun 1708-1766 E DEPOT 269 / 2 E 261-2 vue 247/333

aujourd’hui deuxième jour de l’an mil sept cent quarante huit a été

par nous soussigné, baptisé marie fille du seigneur pierre chassevreau sieur

de vrères et de damoiselle jeanne menoult ont été parrain et maraine

monsieur pierre menoult et damoiselle marie chassevreau femme de monsieur

de monsieur baudusseau sénéchal de vihier qui ont

déclaré savoir signé de ce qui suit

Pierre Laurent, baptisé le 14 août 1750 en l’église de Saint-Léger-de-Montbrun :

AD 79 BMS Saint-Léger-de-Montbrun 1708-1766 E DEPOT 269 / 2 E 261-2 vue 253/333

aujourd’hui quatorze août [1750] a été baptisé

pierre laurent fils légitime du sieur pierre

chachevreau seigneur de Vrère et de demoiselle

jeanne menoü, il a eu pour parrain monsieur

Laurent Bauduceau, sénéchal de la ville et

conté de vihiers et de doüé, et marraine

demoiselle jaquette Brion qui ont signé

François, baptisé le 16 janvier 1752 en l’église de Saint-Léger-de-Montbrun :

AD 79 BMS Saint-Léger-de-Montbrun 1708-1766 E DEPOT 269 / 2 E 261-2 vue 263/333

aujourd’hui seize janvier [1752] a été baptisé françois

fils légitime de sieur pierre chachevreau et de

demoiselle jeanne menault, il a eu pour parrain

le sieur pierre menault et marraine demaoiselle

thérèse chachevreau épouse du sieur roy qui ont

signé

Françoise, née vers 1753 qui a épousé le 4 juillet 1780 à Thouars Louis Jean René LHERMITE.

  • Jeanne Victoire, née après le décès de son père, baptisée le 30 juillet 1755 en l’église de Saint-Léger-de-Montbrun :

AD 79 BMS Saint-Léger-de-Montbrun 1708-1766 E DEPOT 269 / 2 E 261-2 vue 271/333

La plupart de ces actes sont signés « DUJON, curé de Monbrun » :  or la 3eme pierre tombale de l’église Saint-Léger-de-Montbrun est celle d’Etienne DUJON, qui a été prêtre curé de Saint-Léger-de-Montbrun du 17 avril 1729 au 30 décembre 1764, selon les actes qu’il a signés.

[CY GIST LE CORPS DE ETI]

ENNE DU

JON ECUIE

R PRETRE

CURE DE

CETTE PA

ROISSE DE

CEDE LE

27 JULIET

1767 AGE

DE 70 ANS

PRIEZ DI

EU POUR

LE REPOS

DE SON

AME [1]

Nous avons trouvé son acte de sépulture :

AD 79 BMS Saint-Léger-de-Montbrun 1767-1791 E DEPOT 269 / 2 E 261-3 vue 008/286

Aujourd’hui vingt huit juillet mil sept cent soixante sept nous curé

soussigné avons inhumé dans l’église de cette paroisse le corps de messire

Etienne Dujon prêtre curé de cette paroisse âgé de soixante dix ans

environ ce en présence de messire odoux vicaire …

Nous avons trouvé dans « la Revue de l’Aunis » de 1868 [2] un article intitulé « Un maître d’école poitevin en 1764 » : au XVIIIe siècle, des maîtres d’école remplissent les fonctions de sacristains ou de bedeaux. Le document trouvé est un règlement déterminant d’une manière précise les droits et les devoirs de ces fonctionnaires :

« Le dimanche 20 août 1764, messire Charles-François Buneau, chevalier, seigneur de Rigny (1), Monbrun et autres lieux, se rendit à l’église de Monbrun, accompagné de Jean Nallis, notaire à la résidence de Vrère, et, à l’issue de la  messe, fit connaitre aux habitants de sa paroisse qu’il avait l’intention de leur donner de nouvelles preuves de son estime et amitié pour eux, ne cherchant que leur bien et avantage tant pour le spirituel que pour le temporel. Messire Etienne Dujon, recteur-curé du lieu, Joseph Maury, son vicaire, Jean Baptiste Roulleau, syndic de la paroisse, Jean-Baptiste Jollivet de La Verronnière, procureur de la fabrique, et 90 bourgeois, laboureurs et journaliers, faisant la plus grande et saine partie des habitants et paroissiens de Monbrun applaudirent aux dispositions bienveillantes de leur seigneur et s’empressèrent d’accepter quelques libéralités peu importantes qui figurent à l’acte dont nous nous occupons. Ces donations n’étaient pas entièrement gratuites. Le but principal de mre Buneau était de faire reconnaître ses droits comme successeur des fondateurs de l’église de Monbrun… »

Charles-François BUNEAU/BUNAULT DE MONTBRUN est un descendant à la quatrième génération de Léon AUBINEAU et Louise DE LA VILLE DE FEROLLE (cf.1er article sur les pierres tombales de Saint-Léger-de-Montbrun).

Ce sujet fera l’objet d’un prochain article.

Sources :

[1] Dictionnaire Clouzot H., Trémoille, duc de la (1893), Les fiefs de la Vicomté de Thouars, d’après l’inventaire inédit de Jean-Frédéric Poisson en 1753, p. 92-93.

[2] « La revue de l’Aunis » 1868 (6) via Gallica, pages 86 à 91.

Publicité

Un commentaire sur « Les pierres tombales de l’église de Saint-Léger-de-Montbrun (2/2) »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s