Enquête nationale sur le loup

Je retransmets ce texte envoyé par le Pôle rural de la MRSH de l’Université de Caen. Il explique le travail mené depuis 15 ans sur les rapports entre l’homme et le loup. J’ai déjà un peu évoqué leurs recherches dans deux article sur ce blog (Le loup et l’hommeLoups meurtriers dans les Deux-Sèvres.) Il s’agit d’un appel à tous les généalogistes qui pourraient apporter leur aide pour poursuivre cette recherche.

loup

Nos ancêtres et le loup
Le point sur une enquête nationale qui associe histoire et généalogie
Jean-Marc Moriceau et Jacques-Marie Maîtrepierre

Depuis quinze ans nous arpentons les archives de nombreux départements de la France continentale pour traquer les relations entre l’homme et le loup. Immense, la collecte a donné déjà de nombreux résultats, jalonnés par des manifestations scientifiques et des publications (notamment L’histoire du méchant loup, chez Fayard en 2007, L’Homme contre le loup, en 2012 et Vivre ensemble avec le loup ?, Tallandier, 2014). L’ampleur des résultats a été si grande qu’elle a suscité la création d’un site internet, à caractère participatif, et qui reste à ce jour unique en Europe : Homme et loup : 2000 ans d’histoire. Vous êtes plusieurs milliers à vous y être déjà connectés et c’est en partie grâce à vous que le site s’est enrichi, en dehors de nos propres recherches historiques. Régulièrement enrichi et mis à jour, n’hésitez pas à venir le consulter.

Associés à cette enquête depuis le début (« Généalogie et histoire : quand les loups attaquaient l’homme », Revue française de généalogie n°151, avril-mai 2004, les généalogistes ont pu suivre les grandes étapes de l’évolution du site : l’arrivée des victimes des loups prédateurs en avril 2014 ; celle des loups enragés en 2015 ; la première tranche des primes de chasse au loup en 2016. À chaque fois, le site rend publiques les bases de données des personnes et des lieux concernés (communes et départements) par ces épisodes toujours tragiques pour l’un ou l’autre des partenaires. À ce jour, pas moins de 2300 communes sur plus de 80 départements, de 5000 primes de chasse, de 2000 victimes de loups enragés (qui ont laissé de nombreux descendants), et de 3000 victimes de loups prédateurs (souvent de jeunes enfants mais dont la disparition a marqué l’histoire familiale) ont été retrouvés. Les transcriptions des actes ont été réalisées et une cartographie automatique localise les séries d’attaques de loup et les campagnes de destruction organisée par l’homme. Autant que possible nous avons cherché à identifier les victimes humaines ou les chasseurs de loup dans leur entourage familial, en recherchant notamment les professions ou les actes d’état civil. L’ancrage social des protagonistes, la localisation précises des événements dans le temps et dans l’espace, l’élargissement de l’information à un large éventail de sources disponibles (état civil, actes notariés, presse, rapports administratifs, expertises de médecine légale, etc.) nous intéressent directement.

Notre quête se poursuit et à cet égard, nous lançons à nouveau un appel aux généalogistes, essentiellement pour la période qui va de la fin du XVIe siècle au début du XXe siècle. Cet appel qui entend s’étendre de l’été 2017 au printemps 2018, porte sur trois directions :

  1. Pour certains départements, nos données semblent encore insuffisantes : Pyrénées-Atlantiques, Gers, Landes, Ariège, Pyrénées-Orientales, Gironde, Tarn, Tarn-et-Garonne, Lot…

  2. Dans vos recherches généalogiques avez-vous rencontré un ancêtre témoin, blessé ou décédé à cause d’une attaque loup, qui ne figure pas déjà dans le corpus de nos données ?

  3. Avez-vous conservé la mémoire orale ou des traces matérielles (restes osseux, peau, trophée, document) de certaines rencontres avec le loup (surtout pour le XIXe siècle) ?

Merci de communiquer vos informations (avec les références d’archives et éventuellement la numérisation des actes) à une des adresses suivantes :
jmaitrepierre@unicaen.fr
jean-marc.moriceau@unicaen.fr
Nous vous en remercions vivement.

Le fonds Dez

edit_de_tolerance_1787_signe_par_louis_xvi
L’édit de Versailles (source Wikipédia)

L’édit de Versailles est un édit de tolérance signé par Louis XVI le 7 novembre 1787 et enregistré au parlement le 29 janvier 1788, qui permit aux personnes non-catholiques de bénéficier de l’état civil sans devoir se convertir au catholicisme.

Aux archives Nationales, sous la cote U1339, existe un registre des non-catholiques de Saint-Maixent en Poitou pour l’année 1788. Il recense « les déclarations de naissance, mariage et enterrement de ceux qui ne font pas profession de la religion catholique. » Il est paraphé par Jacques Robert François Marie NOSEREAU, Conseiller du Roi, Lieutenant général de la sénéchaussée et siège royal de Saint-Maixent.

Le fonds de Pierre DEZ, cote 2J45, consultable aux Archives départementales des Deux-Sèvres, est un relevé dactylographié (253 pages !!!) du document précédent. Depuis aujourd’hui, vous pouvez accéder sur notre base de données au relevé des mariages (2061 actes). Si on fait une recherche avancée par communes, il faut chercher à « Saint-Maixent (édit de tolérance) ».  Il se peut que certains mariages soient aussi enregistrés dans les registres des pasteurs.

Il est par ailleurs très intéressant de consulter directement le document aux Archives, car on y découvre en plus la composition des familles au moment des déclarations.

Les blogs de généalogie deux-sévrienne

deux-sevres15Cette fin d’année est pour moi l’occasion de vous présenter d’autres blogs généalogiques plus ou moins centrés sur les Deux-Sèvres. Celui que vous lisez actuellement est l’outil au service de notre association, le Cercle généalogique des Deux-Sèvres. Mais il en existe plusieurs autres créés et tenus par des amateurs de généalogie ayant des ancêtres dans notre département. Vous trouverez ci-dessous la liste de ceux que je connais, dans l’ordre alphabétique et tels qu’ils se présentent sur leur site. Certains ont aussi des aïeux qui ont vécu dans d’autres régions, voire d’autres pays. C’est alors l’occasion de voyager non seulement dans le temps, mais aussi dans d’autres contrées. En cliquant sur les liens, vous pourrez accéder dans un autre onglet à la page d’accueil de ces blogs.

  • Chemin de papier : André a pour point de départ la paroisse de La Foye-Monjault, le village de ses aïeux avant l’émigration urbaine de ses arrière-grands-parents.
  • Chroniques d’antan et d’ailleurs : Brigitte est née dans les années 1950 en Algérie, d’un père “pied noir” depuis plusieurs générations et d’une mère poitevine (des environs de Parthenay).
  • De moi à la généalogie… : Les ancêtres de Frédéric ont vécu principalement sur les départements de la Vendée, des Deux-Sèvres et dans une moindre mesure en Charente-Maritime.
  • La drôlesse : Un tout nouveau site consacré à la généalogie de la famille de Caroline, enracinée en Poitou et Anjou.
  • La Pissarderie : Sébastien  a de nombreux ancêtres dans la Vienne mais il lui arrive de « mordre » vers Montalembert ou Limalonges.
  • L’arbre de nos ancêtres : Un blog personnel qui est le prolongement de recherches en couple sur mes ancêtres et sur ceux de mon épouse Sylvie (Sylvie sur le sud-ouest des Deux-Sèvres et moi sur le bocage bressuirais et ses alentours).
  • Murmures d’ancêtres : Mélanie évoque les souvenirs d’aïeux de Conques (Rouergue) à Samoëns (Haute-Savoie), en passant par l’Anjou, la Bretagne, l’Ain et un peu les Deux-Sèvres…
  • Nelly, ancêtre du Poitou : Nelly Moreau est l’arrière grand-mère paternelle, originaire du Poitou, d’Isabelle. Elle a épousé son arrière grand-père Numa Desage, du Lot-et-Garonne le 10 septembre 1899, à Azay-le-Brûlé.
  • Parentajhe à moé : Passionnée de généalogie, Nathalie a sa famille qui se situe en Poitou, principalement dans les Deux-Sèvres.

Je m’en voudrais de ne pas évoquer aussi les blogs de Françoise, Feuilles d’ardoise et de Gloria, Lulu sorcière archives. Elles ne sont pas des Deux-Sèvres mais elles ont leurs ancêtres tout proches de notre département l’une dans le Maine-et-Loire, l’autre dans la Vienne et les deux sites sont des références !

Cette liste n’est peut-être pas complète et évoluera sans doute. Si vous connaissez d’autres blogs ou si l’envie vous prend de raconter un jour vos ancêtres avec ce média, ne manquez pas de m’en informer que je puisse mettre à jour !

Adhésion 2017

deux-sevresNous approchons de la fin de l’année. C’est le moment pour les adhérents du Cercle généalogique des Deux-Sèvres de renouveler leur adhésion pour 2017. S’ils préfèrent éviter les embouteillages de fin d’année, ils peuvent le faire dès maintenant.

Et pour ceux qui ne sont pas encore adhérents, vous pouvez nous rejoindre, nous vous accueillerons avec plaisir. Vous pourrez ainsi bénéficier de l’accès à la recherche avancée dans notre base de données sur plus de 2 millions d’actes des Deux-Sèvres, ainsi que de l’accès à 87 millions d’actes dans toute la France ou presque avec Généabank. Et vous recevrez également notre revue au format numérique.

Tout cela pour 25 €, plus 10 € de droit d’entrée pour une première adhésion.

Pour les anciens et les nouveaux, le lien vers le bulletin d’adhésion est ici !

Du nouveau sur le site des AD79

Les Archives départementales des Deux-Sèvres proposent depuis hier de nouveaux documents accessibles directement sur leur site. De nouveaux onglets sont donc apparus sur la page d’accueil :

Registres de recrutement militaire : En plus des registres matricules des conscrits nés entre 1847 et 1901, vous avez désormais accès à des documents concernant ceux qui sont nés entre 1781 et 1846. Il s’agit de tableaux généraux des conscrits et de liste cantonales de tirage au sort des conscrits qui vous permettront de découvrir la carrière militaire de vos ancêtres.
Presse : La presse régionale est une source précieuse. Vous pouvez consulter chez vous Le Mémorial de l’Ouest de 1836 à 1851, ainsi que de 1914 à 1918.
Iconographie : Il est possible maintenant d’enrichir son arbre généalogique avec des vues grâce à une collection de plus 20 000 cartes postales anciennes. La recherche se fait par commune ou (et) par thèmes.
Tables du contrôle des actes notariés et de l’enregistrement : tables des contrats de mariages, tables des donations et partages, tables des inventaires après décès, tables des successions, tables des donations après décès. Ces documents, très utiles pour les généalogistes, sont classés par bureau et couvrent une large période (qui varie selon les tables et les bureaux)

Pour vous inciter à aller y voir de plus près, j’illustre ce petit mot d’une belle carte postale prise à Saint-Maixent-l’École et trouvée dans la nouvelle section Iconographie du site des AD79. Elle vous donnera peut-être aussi envie d’aller voir aux Archives l’exposition sur l’aviation, Une passion qui donne des ailes.

avion-saint-maixent
source AD79

Promenades en Deux-Sèvres

rando79La généalogie, c’est le plus souvent rechercher des actes aux Archives ou en ligne, c’est aussi retrouver les lieux où ont vécu nos aïeux.

Quelle meilleure période que l’été pour pratiquer cette activité ? Le département des Deux-Sèvres propose un site très joli et très pratique « Rando en Deux-Sèvres » pour choisir une randonnée qui traversera peut-être les chemins de vos ancêtres. Vous en trouverez forcément une qui vous intéresse, il y en a plus de 200 qui couvrent tout le département.

carte randonnéesIl est possible de trier ces itinéraires par mode de déplacement (à pied, à cheval ou en vélo), par distance (de 1 à 56 km), par durée (de 1 à 6 heures), par thématique (en ville, au bord de l’eau, en forêt, à la campagne…) ou tout simplement par localisation, en cliquant sur la carte du site. Une fois le choix fait, il ne reste plus qu’à télécharger (gratuitement) et imprimer la fiche ou bien, si l’on préfère, la transférer sur son smartphone.

Bonnes promenades d’été !

Liste des morts en prison à Niort pendant la Révolution

Vous trouverez ci-dessous un lien vers un article qui donne une liste de 573 personnes exécutées ou mortes en détention à Niort pendant la période révolutionnaire, en 1793 et 1794. La plupart étaient enfermées au château de Niort (le Donjon) qui servait alors de prison. L’âge et le lieu de résidence des décédés sont le plus souvent donnés. Beaucoup sont originaires des communes de la zone frontière entre Républicains et Vendéens de notre département (Amailloux, Chiché, Courlay, Vernoux…) mais pas uniquement.

Cette longue liste est mise en ligne par le site La Maraîchine Normande dont le but est d’honorer Vendéens et Chouans. Le Cercle Généalogique des Deux-Sèvres ne se situe bien sûr pas sur ce terrain, mais peut-être y a-t-il des personnes se rattachant à votre généalogie ? Il serait alors dommage d’ignorer cette source d’information. Personnellement, j’ai pu ainsi retrouver la trace de plusieurs décès de personnes qui appartiennent à mon arbre. Il ne me reste plus maintenant qu’à me rendre aux Archives départementales des Deux-Sèvres pour consulter de visu les documents concernés.

donjon
Le donjon de Niort (source Gallica)

Et si vous voulez avoir des informations complémentaires sur cette période du point de vue judiciaire, dans notre département, vous pouvez aussi consulter le livre d’Antonin Proust, La justice révolutionnaire à Niort, téléchargeable gratuitement sur Gallica, le site de la BNF.

Enregistrer