Une maison chargée d’histoire

tonneauUn petit mot pour vous inviter à lire le document du mois d’octobre (je suis en retard) des Archives départementales des Deux-Sèvres, réalisé en association avec un lecteur, M. Menzago. Nous voyons quelles recherches et quelles trouvailles peuvent être faites autour d’une maison. L’habitation mise en valeur se situe à Saint-Maixent-l’École et nous en découvrons les propriétaires au XVIIe et début du XVIIIe siècles. Nous apprenons aussi l’existence autrefois de vignes dans la région, et les aménagements de la maison liés à cette activité.

Un bel exemple de recherches sur une maison, à mener en salle aux Archives départementales !

Publicités

La rentrée aux Archives des Deux-Sèvres

archivesLes AD des Deux-Sèvres font une rentrée en fanfare avec des nouveautés accessibles en ligne sur leur site depuis le 17 septembre :
– les registres des enfants trouvés ou abandonnés (1802-1897)
– des éléments d’histoire du département (cahiers de doléances, rôles de la taille, état des moulins à farine en 1809)
– l’état des fonds des notaires bien utile pour préparer une consultation en salle (nom des notaires, juridiction, résidence, cote et années)

Les cours de paléographie vont reprendre une fois par mois avec 2 niveaux (débutants et confirmés). Si vous êtes intéressés par la lecture des actes anciens, une réunion d’information a lieu le mercredi 27 septembre de 17h à 18h aux Archives (26 rue de la Blauderie à Niort).

Les Archives sont toujours notre partenaire pour des séances d’initiation à la généalogie. La prochaine aura lieu le jeudi 12 octobre de 14h à 17h à la médiathèque de Moncoutant.

Chatelliers_cloitre
Photo de l’abbaye par Jules Robuchon. Source Wikipédia

Enfin , nouveauté annoncée pour cette année, le café des archives : « un regard croisé sur des documents prestigieux ou ordinaires, connus ou méconnus, pour transmettre, s’instruire, se divertir ou réfléchir… » Le 1er café des Archives aura lieu le jeudi 16 novembre de 13h à 13h45 et aura pour thème l’abbaye des Chatelliers.

 

Le fonds Dez

edit_de_tolerance_1787_signe_par_louis_xvi
L’édit de Versailles (source Wikipédia)

L’édit de Versailles est un édit de tolérance signé par Louis XVI le 7 novembre 1787 et enregistré au parlement le 29 janvier 1788, qui permit aux personnes non-catholiques de bénéficier de l’état civil sans devoir se convertir au catholicisme.

Aux archives Nationales, sous la cote U1339, existe un registre des non-catholiques de Saint-Maixent en Poitou pour l’année 1788. Il recense « les déclarations de naissance, mariage et enterrement de ceux qui ne font pas profession de la religion catholique. » Il est paraphé par Jacques Robert François Marie NOSEREAU, Conseiller du Roi, Lieutenant général de la sénéchaussée et siège royal de Saint-Maixent.

Le fonds de Pierre DEZ, cote 2J45, consultable aux Archives départementales des Deux-Sèvres, est un relevé dactylographié (253 pages !!!) du document précédent. Depuis aujourd’hui, vous pouvez accéder sur notre base de données au relevé des mariages (2061 actes). Si on fait une recherche avancée par communes, il faut chercher à « Saint-Maixent (édit de tolérance) ».  Il se peut que certains mariages soient aussi enregistrés dans les registres des pasteurs.

Il est par ailleurs très intéressant de consulter directement le document aux Archives, car on y découvre en plus la composition des familles au moment des déclarations.

De Saint-Domingue à Chantecorps

Le document du mois de février 2017 des Archives départementales des Deux-Sèvres nous emmène de l’autre côté de l’Atlantique, à Saint-Domingue. Laurent Delenne y a transcrit pour nous la demande de secours d’un instituteur de Chantecorps,  Pierre Louis Alexandre Laisné, en 1837 auprès du ministre de la marine et des colonies.

chantecorpsL’enseignant fait cette requête car il est le fils ruiné d’un colon de Saint-Domingue. Ce document est très intéressant d’un point de vue historique (il évoque les colonies, l’esclavage, la révolte des esclaves en 1791…) et humain (la grandeur et la décadence d’une famille). C’est aussi un exemple de la richesse des sources accessibles aux Archives pour enrichir nos généalogies. Pour y accéder, c’est ici.

Dernières liasses restaurées des AD79

Les Archives départementales des Deux-Sèvres nous informent que  les liasses des notaires suivants sont de retour de restauration et consultables en salle de lecture :

notaire-quentin-matsys
Notaire flamand, par Quentin Metsys

– 3 E 508 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort),  minutes de 1673-1674
– 3 E 509 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort), minutes de 1675 et mai-juin 1677
– 3 E 510 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort),minutes de 1680
– 3 E 511 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort),minutes de novembre-décembre 1681
– 3 E 622 : Me François ALLARD (Saint-Maixent), minutes de 1636-1645
– 3 E 624 : Me François ALLARD (Saint-Maixent), minutes de 1654-1661
– 3 E 439/4 : Me Pierre BAUDIN-CHAMPMERGOU (Niort, répertoire de 1724-1729)
– 3 E 467 : Me Augustin PIET-ROCHETAND (Niort, minutes de janvier-février 1764)
– 3 E 654 : Me Jean CHAMYER (Saint-Maixent, minutes de 1663-1664)
– 3 E 942 : Me Jean BOURCEAU (Parthenay, minutes d’avril-décembre 1627)

Vous y trouverez peut-être des actes concernant vos ancêtres.

 

Une passion qui donne des ailes

aviationafficheorigEt non, pour une fois, la passion qui donne des ailes, ce n’est pas la généalogie mais c’est l’aviation ! Les Archives départementales des Deux-Sèvres ont mis en place dans leur hall d’entrée (26 rue de la Blauderie à Niort) leur nouvelle exposition :

UNE PASSION QUI DONNE DES AILES.
Histoire de l’aviation en Deux-Sèvres

Cette belle exposition est en visite libre et gratuite depuis le 18 octobre 2016 jusqu’au 31 mai 2017. Des visites guidées sont possibles pour des groupes sur réservation. Accueillis par un aviateur, vous y verrez de nombreux documents d’archives, objets et maquettes… mis en valeur et explicités. Cela vous passionnera et vous donnera sans doute des ailes ! Et si l’aéronautique vous intéresse vraiment beaucoup, ne manquez pas dans nos derniers bulletins la série de portraits des aviateurs morts pour la France durant la guerre 14-18.

Recherches généalogiques en 1881

Le document du mois (de septembre, je suis en retard) des AD79 montre que la généalogie ne date pas d’aujourd’hui et qu’elle a servi autrefois pour les recherches d’héritiers. L’oncle d’Amérique n’est pas forcément une légende : il y a presque 150 ans, en 1881, des recherches sont entreprises dans les Deux-Sèvres (et ailleurs) pour rechercher d’éventuels cousins du docteur Jean-Jacques Giraud décédé à Baltimore (USA) en 1839, son fils Augustus étant mort à son tour sans héritier direct.

doc-mois-septembreComme celui-ci a laissé une fortune plutôt intéressante, plusieurs hypothétiques descendants ou apparentés se manifestent dans le département et alentour. Des recherches d’ordre généalogique sont donc menées à Saint-Loup-sur-Thouet,  à Sainte-Verge et à La Mothe-Saint-Héray, dans les Deux-Sèvres.

Laurent Delenne nous raconte tout cela avec précision. Si la curiosité vous pousse à savoir si les recherches ont été fructueuses et si l’oncle d’Amérique est une réalité dans le cas présent, il ne vous reste plus qu’à cliquer ici !