Nourrice et pavillon d’aliénés aux Archives des Deux-Sèvres

Les mois d’été m’ont vu prendre un peu de retard pour participer à la diffusion des « documents du mois » des Archives départementales des Deux-Sèvres. Je vais donc donner ici les deux liens vers pour juillet et août qui devraient là encore intéresser les généalogistes.

Il arrive en fouillant les registres d’état civil de croiser le métier de nourrice, le plus souvent malheureusement, lors de décès d’enfant. Pour en savoir plus sur ce métier et sa réglementation, les Archives départementales nous ont proposé en juillet de décrypter un livre à souche des certificats aux nourrices, sevreuses ou gardeuses, celui délivré par le maire de Messé à Florentine Porcheron le 31 août 1890. Dans le même article, Virginie Passebon nous donne des pistes de recherches sur ce thème.

Et en août, les mêmes Archives, en nous offrant le plan d’un élégant pavillon pour les pensionnaires aisés à l’hôpital de la La Providence à Niort, nous donnent à réfléchir sur l’évolution de la pensée autour de la santé mentale et sur les soins prodigués au XIXe siècle.

archives

La salle de lecture étant fermée jusqu’au 15 août, ces 2 articles aideront les plus mordus à patienter jusqu’à cette date !

Enregistrer

Enregistrer

Un trésor dans des archives notariales (document du mois des AD79)

image docmois juinLa généalogie peut nous amener à nous intéresser à l’Histoire ou à l’Art. En fouillant des archives notariales à la recherche d’ancêtres, si vous avez de la chance, peut-être tomberez vous un jour sur un petit trésor comme celui mis en avant ce mois-ci dans le document du mois des AD79. Les archivistes l’ont déniché dans les minutes de maître Bourceau, notaire à Parthenay en 1668, et vous aurez toutes les explications si vous cliquez sur ce lien. Je vous ai mis en image un tout petit extrait de l’article pour vous donner envie d’aller y faire un tour.

Et, en prime, vous gagnerez un petit (!) exercice de paléographie pour des vacances studieuses : arriverez-vous à transcrire l’intégralité du document concerné ?

Enregistrer

Enregistrer

Drame à La Mothe-Saint-Héray (document du mois des AD 79)

Peut-être pour faire suite à notre récente Assemblée générale à la Mothe-Saint-Héray, les Archives départementales des Deux-Sèvres ont choisi de mettre en valeur cette commune dans le document du mois en racontant un drame qui s’y est déroulé en 1808. Ceux qui ont fait la visite guidée avec Delphine Palluault le dimanche 2 avril en situent le cadre. Je ne vous en dis pas plus. Le mieux est de cliquer ici pour lire l’article de Laurent Delenne. C’est plus qu’une anecdote intéressante, bien référencée et bien illustrée.

Je vous encourage à lire l’article jusqu’au bout, jusqu’à la dernière illustration. En voici un détail ci-dessous (je prends soin de ne pas trop vous révéler de quel sorte de drame il s’agit, ce qui explique l’absence du dernier mot.). Ce sera peut-être très utile si un jour vous êtes témoin d’un accident similaire, ce que je ne vous souhaite bien évidemment pas.

drame_lmsh

Reconstituer la vie d’un meurtrier grâce aux Archives des Deux-Sèvres

L’article du mois des Archives départementales des Deux-Sèvres est un très bon exemple de recherches où nous entraîne parfois la généalogie. À partir d’un document (un arrêt de cour d’assises), il propose de reconstituer la vie d’un meurtrier. L’auteure, Claudine Roumenteau, montre de façon pédagogique tout ce que l’on peut trouver : une partie du travail peut se faire chez soi à partir des archives en ligne (registre d’état civil, registre matricule militaire) ; mais, pour savoir vraiment pourquoi Baptiste Arsène Babin  a tué Adélina Berger en 1908 à Beaulieu-sous-Parthenay, il vous faudra vous rendre aux Archives, rue de la Blauderie à Niort, où vous aurez accès à toutes les pièces du dossier et à la presse locale. Les références complètes pour la recherche sont données dans l’article, mais si vous n’avez pas le temps de vous y rendre ou que vous êtes très curieux, vous trouverez l’explication du geste du meurtrier dans les documents joints !

justice-1908.PNG

J’espère que vous n’avez pas trop d’assassins ou de victimes dans vos aïeux, mais peut-être un de vos ancêtres a eu affaire à la justice. Les Archives des Deux-Sèvres nous donnent ici quelques pistes (presse locale, série U pour la justice…) afin d’élargir le champ de nos recherches. Pour avoir accès à cet excellent article, cliquez ici.

Les Deux-Sèvres à Paris – La Fouace

La Fouace - un livre de Philippe LandreauLes Archives Départementales des Deux-Sèvres viennent de publier l’ouvrage de Philippe Landreau intitulé Les Deux-Sèvres à Paris – La Fouace. Ce livre est consacré aux membres de la Société amicale des républicains des Deux-Sèvres et des Amis du Poitou de Paris. Cette association, surnommée la Fouace en référence à la spécialité de notre département, exista de 1893 à 1938. Le plus illustre de ses membres est l’écrivain lauréat du prix Goncourt Ernest Pérochon, mais d’autres célébrités départementales (auteurs, artistes, industriels, hommes politiques…) en ont fait aussi partie. Le livre de Philippe Landreau explique ce qu’est cette société républicaine, son rôle et ses objectifs. Mais l’ouvrage est aussi un dictionnaire où on peut retrouver les 522 Deux-Sévriens qui, à un moment ou à un autre, furent membres de la Fouace.

Ce livre, véritable bible des Deux-Sévriens « émigrés » à Paris sous la IIIème République, est en vente aux Archives départementales pour 15 €.

Cours de paléographie aux Archives départementales

Je retransmets cette information trouvée sur le site des Archives qui peut intéresser pas mal de monde, mais les places seront sans doute limitées.

archives

« Les Archives départementales vous proposent de poursuivre les cours de paléographie lors d’une prochaine séance qui se tiendra le lundi 14 décembre de 11h00 à 12h30 dans la salle pédagogique des Archives départementales,.

Des listes d’inscription à la séance sont à votre disposition en salle de lecture. (Inscription obligatoire). »

Correspondance et journal de guerre aux Archives des Deux-Sèvres

soirée lecture
source AD 79

Mardi 10 novembre, à la veille du jour férié qui commémore la fin de la Grande guerre, les Archives départementales avaient organisé la lecture de documents personnels ou familiaux écrits durant  ce conflit. Il s’agissait d’extraits du carnet personnel du caporal Joly, soldat originaire de Largeasse. Il y avait aussi des lettres entre des membres de la famille Giraudias, une famille de la Mothe-Saint-Héray dont 2 des fils, Daniel et Paul, étaient sur le front. Ces textes étaient lus par Anne Marcel, Jean-Paul Boudaud, Fabrice Ducousso et Claude Andrzejeweski de la compagnie Matapeste. Le public nombreux et attentif a pu écouter dans un silence impressionnant ces mots simples qui parlent de la guerre. Les parents Giraudias, Ludovic et Marie, à l’arrière, sont à la fois fiers et inquiets pour leur 2 fils. Et ceux-ci, comme le caporal Joly racontent ce qu’ils vivent, ce qu’ils souffrent, ce qu’ils endurent sur le front. Le public est déjà saisi. Et puis à la fin, on découvre toujours par le biais des écrits ce qu’il advient de nos 3 soldats et on est encore plus ému… Ce fut une très bonne idée, en cette période de centenaire, que cette lecture et ce fut un très beau moment. Encore merci aux Archives départementales des Deux-Sèvres et à la troupe des Matapestes.