Y comme Y a qu’à prendre sur soi et vivre !

ou Jeanne, l’ordre et le désordre des choses – Jeanne Lestrigou, 1778-1835

Un texte de Caroline Cesbron, La drôlesse

Cette année, le challengeAZ collaboratif de Généa79 se décline sur le thème Rendre hommage aux femmes en Deux-Sèvres. Les femmes, ces armées invisibles et silencieuses de l’Histoire.
Habituée des lettres faciles, l’an dernier avec le W pour W comme Wesh Wesh, Wostinna ? It is la Gâtine !, je poursuis aujourd’hui avec la lettre Y. Y a pas de souci, Y a qu’à voir… !
Alors qui choisir pour cet hommage ? Une femme célèbre ? Une anonyme ? C’est dit, ce sera une parfaite inconnue, la grand-mère de la grand-mère de mon grand-père.  Une vie de femme aux fins fonds de la campagne française, entre XVIIIe et XIXe siècle, entre la fin de la monarchie absolue et les débuts de la République, entre ordre et désordre. Six générations entre elle et moi. Alors autant dire que l’histoire de sa vie est faite d’hYpothèses et de présomptions mais Y a qu’à prendre sur moi, Y a qu’à Y mettre du mien pour la raconter, cette histoire, car elle, elle en a mis du sien pour la vivre, cette vie, et elle a dû prendre sur elle bien souvent.

« C’était un bourgeonnement incessant et satisfait. Un élan vital (qu’ils avaient déjà canalisé), un instinct pur (dont ils ne voulaient pas entendre parler), une évidence (que jamais ils ne bousculaient), les poussaient les uns après les autres, à rougir, à s’épouser, enfanter, mourir. Puis recommencer. […]
Alice Ferney, extrait de l’incipit « L’élégance des veuves », Actes Sud, 1995

Si toutes les femmes de nos généalogies peuvent se reconnaître dans les mots d’Alice Ferney – rougir s’épouser, enfanter, mourir – le respect séculaire de l’ordre des choses en fait, il en est certaines pour qui ce chemin fut parsemé d’embûches, fit des détours, prit des virages plus ou moins choisis.

Une enfance en désordre

Louis XVI est roi depuis quatre ans lorsque Jeanne naît en plein été 1778 à Ardin en Gâtine du Sud, un territoire à la limite des plaines, entre vallons et rivières, haies et bois. Son père, Jean Lestrigou occupe une jolie position, puisqu’il est, selon les actes, voiturier, celui qui transporte des marchandises en charrette ou bordier, celui qui cultive la terre, mais aussi garde-messier, garde-champêtre quoi. Et garde-messier, ce n’est pas rien. Il était craint celui qui, selon son bon vouloir et pas forcément selon les lois, attrapait ses concitoyens pour le compte du puissant ou de l’autorité du coin.  Le grand-père de Jeanne était marchand, son arrière-grand-père, boulanger. Arrière-grand-père et grand-père se prénommaient Jean, tout comme, par usage, leur petit-fils et fils, baptisé cependant Jean-Baptiste, et c’est tout naturellement que Jeanne, à sa naissance, prit aussi le prénom de sa mère. L’ordre des choses est respecté.

En 1775, à vingt-trois ans, Jean a en effet épousé Jeanne Bonneau, une jeune femme de son âge. En l’espace de deux ans d’union, ils ont eu malheureusement le temps de voir naître et mourir deux enfants avant l’arrivée de Jeanne. 
Quatre mois après son mariage, Jeanne Bonneau, légitime épouse de Jean Lestrigou, a accouché d’un enfant mort-né, très certainement « prématuré ». Y à qu’à dire ça.  Les mauvaises langues ont dû y aller pourtant de leur venin : « le Jean et la Jeanne avaient pêché. Ils ont été punis par le Seigneur. » C’est dans l’ordre des choses.
En janvier 1777, Jean et Jeanne deviennent les parents de Jacques, un garçon qu’ils ne prénomment pas comme son père, très certainement pour conjurer le sort. Jacques décède pourtant une semaine plus tard. Y a qu’à prendre sur soi pour continuer. Perdre un deuxième enfant, un désordre des choses tellement banal à l’époque. Et pour remettre de l’ordre dans les choses, Jean et Jeanne décident, un mois après ce décès, d’aller chez le notaire pour signer un contrat de mariage, fait inhabituel, puisqu’il intervient deux ans après leur mariage.
La mère de Jeanne a pu ainsi rougir et enfanter dans les liens du mariage, dans le respect de l’ordre des choses, avant de mourir prématurément, – les choses en ordre – à l’âge de trente ans en 1782, laissant orpheline une enfant unique de quatre ans et un jeune trentenaire veuf. Y a qu’à dire que le Seigneur en a décidé ainsi, qu’on n’y peut rien. Père et fille, y a qu’à prendre sur vous.

Voici la petite Jeanne, seule avec son père. Mais est-elle restée avec lui ? A-t-elle été confiée à un foyer de la parentèle ? Peut-être. C’est tellement dans l’ordre des choses, pour un homme seul, de faire prendre en charge ses enfants par d’autres, alors qu’il doit travailler du matin au soir à l’extérieur. Comment faire autrement ? Mais Jean est-il vraiment homme à suivre l’ordre des choses ? Il aurait pu en effet se remarier pour avoir une femme à demeure. Contrairement aux usages, et certainement parce qu’il n’a qu’une seule enfant, une situation plus facile à gérer qu’avec toute une fratrie, il ne le fait pas. Pas tout de suite. Il ne se remarie à Béceleuf, qu’en 1797, en pleine Révolution, quinze ans après le début de son veuvage. La période n’étant pas très ordonnée, les deux époux se marient même une seconde fois, en 1799, à Coulonges-sur-l’Autize, probablement pour être certains que leur union soit valable et prise en compte par le Régime révolutionnaire. La nouvelle épouse, du même âge que le marié, est certainement de sa parentèle ou celle de sa première femme – mais sans preuve à ce jour – puisqu’elle s’appelle Marie Bonneau.  Ce serait bien dans l’ordre des choses de faire en sorte que tout reste en famille. C’est aussi dans l’ordre des choses, à l’approche de la cinquantaine, d’assurer la qualité de ses vieux jours. Y a qu’à faire comme ça, c’est mieux.

Un début de vie de jeune femme dans l’ordre des choses

Au remariage de son père, Jeanne a vingt ans, ou presque. Elle a dû commencer aussi à regarder de plus près les garçons et à leur faire les yeux doux. Rougir avant qu’elle n’en épouse un de son choix de cœur… ou de raison. Elle, ce sera indubitablement un choix de raison. La mariée est encore mineure, elle n’a pas encore atteint ses vingt-cinq ans, le futur est veuf et plus que majeur, quand ont lieu à Béceleuf les épousailles en juin 1803. La présomption est forte que le cœur n’a rien à voir dans cette union. C’est tellement dans l’ordre des choses qu’un père, qui n’est plus en parfaite santé, veuille assurer l’avenir de son enfant, ou qu’un conseil de famille décide de ce qui est bon pour la pupille ou plutôt la famille.

Jacques Savariau, charbonnier de son état, est en effet dans l’accomplissement de sa soixantième année quand il se marie avec Jeanne. Trente-six ans séparent les deux époux. Le marié a neuf ans de plus que son beau-père. Ses deux fils sont aussi plus âgés que leur jeune belle-mère. D’ailleurs, on a célébré en janvier de la même année, soit six mois auparavant, l’union de la petite dernière, Marie Magdelaine, vingt-deux ans. L’acte de mariage de la fille côtoie celui du père sur le registre. Mais l’ordre des choses est respecté, Jeanne est mariée.
Et s’il s’agit avant tout très certainement d’affaires, de sécurité sociale et non d’inclinaison, le mariage fut pour autant consommé. Y a qu’à y mettre du sien, y a qu’à prendre sur soi. Deux enfants naissent de cette union dissonante sur le papier. Le premier, une fille, prénommée Jeanne comme sa mère – dans le respect de l’ordre des choses – arrive dans ce monde huit mois jour pour jour après le mariage de ses parents. Le second, Jean, né quelques jours avant le Noël 1805, est un enfant posthume. En effet, Jacques Savariau est décédé le 30 octobre à l’âge de soixante-trois ans, un mois et demi avant la naissance. À vingt-sept ans, Jeanne est veuve, un nourrisson et une petite fille de dix-huit mois sur les bras. Fille unique, elle est aussi désormais orpheline de ses deux parents. Jean, son père est parti l’année précédente, au début du printemps 1804, quelques semaines après la naissance de sa petite fille. Parti certainement serein sur l’avenir de sa fille, désormais bien établie.

Les temps ont cependant de fait irrémédiablement changé. De sujet du Roi et de sa propre famille, Jeanne est devenue la citoyenne Lestrigou, puis résidente d’un Empire créé par un petit Caporal.  Depuis 1804, le Code civil redit ce que la Révolution a proclamé : Les hommes sont nés libres et égaux en droits. Sans avoir lu les écrits d’Olympe de Gouges, Jeanne doit penser que les femmes aussi. Le code civil dit aussi que si la femme est toujours incapable juridiquement et dépend de son père ou de son mari, ce n’est pas le cas de la veuve, qui jouit de certains droits. Jeanne n’a plus de mari, plus de père, très peu de famille. Elle a du se dire : « Cheu, Olé be dans l’ordre do chouses, O le té plus un boudet, le Jacques. O va ben do mem, I va prende su ma. Ma aneu, I se libre. Le disons bé trétous qu’olé un nouveau monde ».

Les chemins libres du désordre des choses

Jeanne doit désormais gagner seule sa vie. Son mari et son père décédés lui ont cependant peut-être laisser de quoi assurer son quotidien et celui des enfants encore en bas âge. Ses beaux-enfants l’aident certainement, mais à partir de son veuvage, dans tous les actes la concernant, elle est dite charbonnière. Il est suffisamment rare de voir mentionner une profession pour une femme, surtout à cette époque, pour penser qu’elle l’exerçait vraiment. Jacques lui a certainement transmis son savoir, l’a peut-être emmenée avec lui dans les bois et Jeanne vendait aussi probablement la production obtenue dans les bois aux villageois environnants.

C’est peut-être dans une clairière que fut conçu son troisième enfant ? Magdelaine, mon ancêtre directe, arrivée au monde en 1808, disparut très jeune à l’âge de 35 ans après s’être épousée avec Pierre Rimbault pendant huit ans et avoir enfanté cinq enfants en l’espace de six ans. Née et mariée sans nom de père, enfant naturelle et illégitime, Magdelaine mourut fille de Jeanne Lestrigou certes mais contre toute attente aussi de Jacques Bar(r)ibaud. Outre son acte de décès, elle est aussi désignée comme se nommant Magdelaine Ba(r)ribaud dans quatre actes de naissance de ses enfants. Aucun acte de reconnaissance pour l’heure ne permet d’en savoir plus sur l’identité de ce père mystérieux. Mais Magdelaine savait qui il était, tout le monde savait avec qui Jeanne avait eu une histoire. Celle-ci fut, espérons-le, peut-être bien d’amour et consentie. À trente ans, Jeanne est veuve depuis trois ans, avec trois enfants en bas âge dont un illégitime. Y a qu’à faire avec, y a qu’à prendre sur soi et y mettre du sien. Et y a qu’à surtout pas s’arrêter en si bon chemin. Vive la liberté et au diable les qu’en dira-t-on !
En 1817, Jeanne, à l’aube de la quarantaine, est toujours veuve, libre de toute autorité masculine, ce qui n’est pas dans l’ordre des choses. Et ce qui n’est toujours pas dans l’ordre des choses, même dans un monde nouveau, c’est qu’elle est à nouveau enceinte et accouche une nouvelle fois d’une fille hors mariage, qu’elle prénomme une nouvelle fois là aussi Magdelaine. Est-ce pour rappeler le parcours rédempteur de la célèbre prostituée, proche de Jésus ? Ou pour se souvenir de Marie Magdelaine, la fille de Jacques, son vieux mari, qui est morte quelques jours après la naissance de Magdelaine n°1 ? Jeanne et elle avaient le même âge et elles étaient certainement très proches, grandes amies peut-être ?

Le retour à l’ordre des choses

Statutairement toujours veuve, donc seule, mais avec deux enfants légitimes de 17 et 16 ans, deux autres illégitimes de 13 et 4 ans, Jeanne se remarie enfin en 1821 avec Louis Bridonneau, un charbonnier, comme elle, un homme de son âge, qui habite aussi comme elle, le village de Fougères à Béceleuf. En 1829, le brave homme reconnaît Magdelaine n°2, douze ans, comme étant sa fille et celle de Jeanne. Était-il vraiment son père biologique ? Jeanne assiste l’année suivante, au début de l’été au premier des trois mariages de Jean Savariau, son fils, qui sera deux fois veuf. Elle est de nouveau de la fête en septembre 1830 pour le mariage de Magdelaine n°1. En 1832, elle se déplace avec son mari, Louis Bridonneau, à Vix en Vendée pour être présente au mariage de Jeanne Savariau, sa fille aînée. En 1840, elle n’assistera pas au mariage de Magdelaine n°2 avec un jeune maçon de Surin, Jean Marillet.

Jeanne est décédée cinq ans auparavant, en 1835, à l’âge de 57 ans sans livrer tous ses secrets. 
Elle s’appelait Jeanne Lestrigou, et sa vie, sans importance, vaut pourtant. À un tournant de l’Histoire, entre royauté et Révolution, au-delà de l’utilité d’étendre le grand arbre familial, qui nous permet d’être là aujourd’hui, elle vaut pour sa recherche de liberté et d’accomplissement. Comme celles de beaucoup d’autres femmes. Ces vies n’ont pas été inutiles pour que les femmes d’aujourd’hui puissent vivre comme elles vivent.

« Les uns après les autres, ils savaient que telle était la meilleure tournure des choses : que le Seigneur bénisse des alliances, que des jeunes ventres enflent dans l’allégresse, et que les anciens bercent des nouveau-nés propres et emmaillotés. Le grand arbre familial étendait ses branches de plus en plus loin, année après année éparpillant des feuilles, au gré des mariages les enfants quittant les parents, dans l’espace entier.
« Dieu ne nous a pas créés pour être inutiles ». Telle était la devise des femmes de cette famille. »
Alice Ferney, extrait suite de l’Incipit « L’élégance des veuves », Actes Sud, 1995

J comme Jeunes et Jolies…

Un texte de Raymond Deborde

Il y a quelques mois les Archives des Deux-Sèvres ont proposé en Trésor d’Archives un document daté de 1810 classé alors « confidentiel » dans lequel le préfet du département dresse une liste de vingt jeunes femmes âgées de 14 à 39 ans, riches héritières de bonnes familles aristocrates ou bourgeoises qu’il serait bon de rallier à l’Empire grâce à des mariages judicieux.

Le tableau renseigne sur l’âge des jeunes femmes, le nom et la profession des parents, ainsi que sur la fortune et les biens que possèdent ces derniers, sans oublier d’évoquer la dot présumée pour chacune des filles et les espérances d’héritage. Un beau mariage n’étant pas uniquement une question d’argent, on n’oublie pas de donner « les agréments physiques ou les difformités, les talents, la conduite et les principes religieux » (catholiques pour la plupart) de chacune de ces demoiselles.

J’ai voulu savoir si ce projet avait été suivi d’effet et si des mariages avaient été arrangés pour rapprocher ces bonnes familles des tenants de l’Empire.

Sur les vingt jeunes femmes inscrites sur le tableau en 1810, quatorze sont mariées avant le 4 avril 1814, date de l’abdication de Napoléon. J’ai listé leurs beaux mariages dans l’ordre chronologique, indiqué leurs « agréments physiques ou difformités » et ajouté les quelques renseignements donnés par les actes sur les maris. Ces unions étaient sans doute pour la plupart arrangées : l’étaient-elles par les familles uniquement ou aussi par l’administration impériale ? À vous de vous faire une idée pour chaque cas. J’ai personnellement l’impression que ce document a servi pour concrétiser certains mariages.

  • Aglaé ESPINET (figure passable) épouse à 15 ans Laurent Alexandre Rouvier, 31 ans, docteur en médecine, père docteur, le 26 septembre 1810 à Niort
  • Émilie Antoinette Thibault de NEUFCHAISE épouse à 24 ans Henry Louis Charles Auguste d’Espaignes des Venelles, 28 ans, lieutenant-colonel, aide de camp employé à l’armée d’Espagne et chevalier de l’Empire, le 4 juin 1811 à Niort
  • Appoline Piet-Berton (figure et physique très agréable, éducation soignée) épouse à 20 ans  Saint-Aubin Agier, 29 ans, « entreposeur » général du département des Deux-Sèvres, père ancien magistrat et procureur impérial, le 17 juin 1811 à Niort
  • Catherine Piet-Lataudrie (figure et physique agréable) épouse à 40 ans Charles Pascal JOFFRION 41 ans, veuf et docteur en médecine, le 16 juillet 1811 à Niort
  • Élisa MAIN (figure et physique très agréable, éducation soignée) épouse à 17 ans Barthélémy LAURENCE, 24 ans, négociant-banquier, père négociant-banquier et ex-législateur, le 16 septembre 1812 à Niort
  • Sophie BRELAY (elle n’a rien qui puisse déplaire, élevée d’une manière un peu trop religieuse) épouse à 18 ans Pierre Jacques Parfait JUQUIN, 20 ans, propriétaire, père marchand, le 31 mai 1813 à Niort
  • Victoire Busseau (jolie figure, physique agréable) épouse à 22 ans Charles Jean Olivier PONTENIER, 20 ans, avocat à la Cour impériale de Poitiers, père président dudit tribunal, le 16 juin 1813 à Niort
  • Félicie Grellet-Desprades (figure et physique passable) épouse à 21 ans Charles Frédéric Auguste de CHANTREAU, 22 ans, propriétaire, père propriétaire et ancien capitaine au régiment d’infanterie du Hainaut, le 29 août 1813 à Faymoreau (Vendée)
  • Victoire Marcadière (figure et physique passable) épouse à 23 ans Vincent Denis Bodin, 28 ans, substitut du procureur impérial près le tribunal de 1re instance de l’arrondissement de Niort, père président de la Cour impériale de Poitiers, le 15 septembre 1813 à Niort
  • Éléonore Corbin (figure gâtée par la petite vérole) épouse à 27 ans Charles Édouard Jousselin, 29 ans, notaire impérial, père propriétaire, le 13 octobre 1813 à Niort
  • Rosine Marcadière (figure et physique passable) épouse à 22 ans Armand Marie Daguin, 28 ans, négociant, père ancien officier d’infanterie, le 22 novembre 1813 à Niort
  • Esther MORICEAU (figure passable) épouse à 34 ans Jean Hippolyte LAIDIN de la BOUTERIE, 38 ans, ancien officier et percepteur-receveur des contributions de Niort, père ancien magistrat et maire de Frontenay, le 23 novembre 1813 à Niort
  • Alexandrine Bernard (figure et physique agréable, éducation soignée, quelques talents pour la musique et le dessin) épouse à 20 ans Alphonse Marie Martin-Monteuil, 33 ans, propriétaire et maire de de la commune de Missé, père propriétaire, le 13 janvier 1814 à Niort
  • Lucile Morisset (figure et physique agréable, éducation soignée) se promet en mariage à 24 ans avec Pierre Théodore COUSSAUD de Massignac, avocat, père ancien conseiller du roi, le 23 janvier 1814 à Poitiers

Quatre jeunes femmes ont attendu la Restauration pour convoler en justes noces, le préfet impérial aura donc échoué pour celles-ci :

  • Pauline Bastard de Crisnay (figure et physique agréable) épouse à 21 ans François Étienne de MECHINET, 21 ans, propriétaire, père chevalier de l’Ordre royal, militaire de Saint-Louis, ancien capitaine au régiment d’infanterie du Boulonnais, le 08 juin 1814 à Niort
  • Caroline Rouget-Gourcez (figure et physique très agréable) épouse à 21 ans Marie-Désiré Martin-Beaulieu, 25 ans, père propriétaire et premier adjoint  au maire de la ville de Niort, le 21 août 1816 à Niort
  • Clémence Chauvin-Hersant épouse à 23 ans Jean Joseph TONNET, 31 ans, capitaine d’artillerie et chevalier de l’ordre royal de la Légion d’honneur, père juge de paix du canton de Saint-Loup, le 25 septembre 1816 à Ardin
  • Pauline Frappier-Poiraudière (figure et physique agréable) épouse à 21 ans Louis Pierre Daguin, 37 ans, propriétaire, père ancien officier d’infanterie chevalier de l’Ordre royal et militaire de Saint-Louis, le 10 juin 1817 à Niort

Deux enfin ne se marient pas :

  • Anne Poudret de Sevret décède le 11 janvier 1816 à Niort âgée de 33 ans
  • Lucrèce MORICEAU (figure passable) décède le 18 mai 1846 à Niort âgée de 69 ans

Marguerite Gérard (1761-1837), artiste peintre contemporaine du 1er Empire, a peint en 1804 un joli tableau intitulé La Mauvaise Nouvelle que j’ai choisi de mettre en illustration (et de rebaptiser). Les jeunes femmes de cette liste pour beaucoup n’ont pas eu leur mot à dire quant au choix du mari. Avaient-ils tous un physique agréable, une jolie figure, une éducation soignée ? Il est fort possible que ce fut une mauvaise nouvelle pour certaines quand elles ont découvert le nom et le visage de leur futur conjoint.

 Marguerite Gérard : Jeune Deux-Sévrienne découvrant le nom de son futur époux.