Enquête nationale sur le loup

Je retransmets ce texte envoyé par le Pôle rural de la MRSH de l’Université de Caen. Il explique le travail mené depuis 15 ans sur les rapports entre l’homme et le loup. J’ai déjà un peu évoqué leurs recherches dans deux article sur ce blog (Le loup et l’hommeLoups meurtriers dans les Deux-Sèvres.) Il s’agit d’un appel à tous les généalogistes qui pourraient apporter leur aide pour poursuivre cette recherche.

loup

Nos ancêtres et le loup
Le point sur une enquête nationale qui associe histoire et généalogie
Jean-Marc Moriceau et Jacques-Marie Maîtrepierre

Depuis quinze ans nous arpentons les archives de nombreux départements de la France continentale pour traquer les relations entre l’homme et le loup. Immense, la collecte a donné déjà de nombreux résultats, jalonnés par des manifestations scientifiques et des publications (notamment L’histoire du méchant loup, chez Fayard en 2007, L’Homme contre le loup, en 2012 et Vivre ensemble avec le loup ?, Tallandier, 2014). L’ampleur des résultats a été si grande qu’elle a suscité la création d’un site internet, à caractère participatif, et qui reste à ce jour unique en Europe : Homme et loup : 2000 ans d’histoire. Vous êtes plusieurs milliers à vous y être déjà connectés et c’est en partie grâce à vous que le site s’est enrichi, en dehors de nos propres recherches historiques. Régulièrement enrichi et mis à jour, n’hésitez pas à venir le consulter.

Associés à cette enquête depuis le début (« Généalogie et histoire : quand les loups attaquaient l’homme », Revue française de généalogie n°151, avril-mai 2004, les généalogistes ont pu suivre les grandes étapes de l’évolution du site : l’arrivée des victimes des loups prédateurs en avril 2014 ; celle des loups enragés en 2015 ; la première tranche des primes de chasse au loup en 2016. À chaque fois, le site rend publiques les bases de données des personnes et des lieux concernés (communes et départements) par ces épisodes toujours tragiques pour l’un ou l’autre des partenaires. À ce jour, pas moins de 2300 communes sur plus de 80 départements, de 5000 primes de chasse, de 2000 victimes de loups enragés (qui ont laissé de nombreux descendants), et de 3000 victimes de loups prédateurs (souvent de jeunes enfants mais dont la disparition a marqué l’histoire familiale) ont été retrouvés. Les transcriptions des actes ont été réalisées et une cartographie automatique localise les séries d’attaques de loup et les campagnes de destruction organisée par l’homme. Autant que possible nous avons cherché à identifier les victimes humaines ou les chasseurs de loup dans leur entourage familial, en recherchant notamment les professions ou les actes d’état civil. L’ancrage social des protagonistes, la localisation précises des événements dans le temps et dans l’espace, l’élargissement de l’information à un large éventail de sources disponibles (état civil, actes notariés, presse, rapports administratifs, expertises de médecine légale, etc.) nous intéressent directement.

Notre quête se poursuit et à cet égard, nous lançons à nouveau un appel aux généalogistes, essentiellement pour la période qui va de la fin du XVIe siècle au début du XXe siècle. Cet appel qui entend s’étendre de l’été 2017 au printemps 2018, porte sur trois directions :

  1. Pour certains départements, nos données semblent encore insuffisantes : Pyrénées-Atlantiques, Gers, Landes, Ariège, Pyrénées-Orientales, Gironde, Tarn, Tarn-et-Garonne, Lot…

  2. Dans vos recherches généalogiques avez-vous rencontré un ancêtre témoin, blessé ou décédé à cause d’une attaque loup, qui ne figure pas déjà dans le corpus de nos données ?

  3. Avez-vous conservé la mémoire orale ou des traces matérielles (restes osseux, peau, trophée, document) de certaines rencontres avec le loup (surtout pour le XIXe siècle) ?

Merci de communiquer vos informations (avec les références d’archives et éventuellement la numérisation des actes) à une des adresses suivantes :
jmaitrepierre@unicaen.fr
jean-marc.moriceau@unicaen.fr
Nous vous en remercions vivement.

Publicités

Loups meurtriers dans les Deux-Sèvres

loup-gallica
Estampe, source Gallica

Dans le numéro 99 du journal Généa79, les adhérents du Cercle peuvent lire comment un loup enragé fut la cause de 5 décès aux Alleuds en février 1766. Ce ne fut malheureusement pas le seul loup meurtrier. J’ai trouvé dans les registres 4 autres décès dus à cet animal. Voici les retranscriptions, légèrement corrigées.

 à Vanzay, le 20/2/1725 (BMS 1700-1746 vue 210/243) :
« Le vingtième jour de février 1725 a été inhumée dans le cimetière Saint-Jacques de Vanzay par moi prêtre curé soussigné Jeanne Beguin, épouse en son vivant de feu Isaac Gadiou, âgée de soixante ans ou environ, morte par un accident épouvantable ayant été dévorée par un loup dans le bois de Sanxay le 19 du même mois et an que dessus. Inhumée en présence de Jean et Jeanne Gadiou, ses fils et fille, Pierre Denoit, Antoine Girardin et qui ne savent signer.

J. Lairain, prêtre curé de  Vanzay

à Chiché le 4/3/1736 (BMS 1723-1752, vue 114/253)
Aujourd’hui quatrième du mois de mars mille sept cent trente-six, je, curé de Chiché soussigné, ai été averti que dans la futaie des bois de Berthuis, en la susdite paroisse de Chiché, on avait trouvé un homme mort exposé à la proie des loups et autres bêtes féroces, lequel ayant été reconnu, on m’a dit que son nom était René Druault, de cette susdite paroisse, âgé environ de dix-sept ou dix-huit ans, bon catholique. Et pour prévenir la voracité de ces susdites bêtes, et autres incongruité, j’ai été conseillé d’aller bénir le corps de cet homme mort, et m’y suis transporté ce dit jour sur les dix heures du matin, assisté de messire Jean Chevalier, prêtre mon vicaire, de François Rochard, sacristain, de Louis Estavard, marchand, de Mathurin Rebillard, aussi marchand, de Jean Druault, laboureur, de Aubrand, marchand, de Jolly, journalier, de Aumont, laboureur, et de plusieurs autres, qui ont déclaré ne savoir signer de ce enquis suivant l’ordonnance tous les soussignés et ai conduit le susdit corps assisté des susdits témoins jusqu’à notre église pour y rester sans sépulture pendant le temps prescrit par l’ordonnance, à Chiché, le jour et an que dessus et a été inhumé le 6 dudit mois sur les cinq heures du soir après avoir été visité par messieurs Clinget de la baronnie de Bressuire.

Chevalier, prêtre vicaire de Chiché, Touraine, curé de Chiché

à Étusson  le 23/7/1771 (BMS 1770-1779, vue 12/86)
« Le 23 juillet 1771, Mathurin Fuseau, bordier à La Charbonnière, maître et curateur à personne et biens de Pierre Menard, âgé d’environ 12 ans, fils de défunts Jean Menard et de Perrine Clemenceau, nous est venu avertir que ce matin il avait trouvé dans le champ nommé La Tremblais de cette paroisse, le corps dudit Pierre Menard démembré, déchiré et dévoré par la voracité des loups ou autres bêtes féroces. Lequel, en ayant recueilli avec toute l’exactitude possible le reste de ses ossements, il nous les a porté à inhumer dans le cimetière de ce lieu, ce que nous avons fait en présence desdit Mathurin Fuseau et Mathurin Milliasseau qui ne signent.

Champion, vicaire

à Aubigné le 23/1/1774 (BMS-NMD 1753-an IV, vue 70/196)
« Le 23 janvier 1774 a été inhumé, dans le cimetière de cette paroisse, le corps de Jean Verneuil, laboureur, âgé de 35 ans, étant mort d’une maladie violente, occasionnée par la rage qui lui a été communiquée par un loup enragé, par lequel il a été dévoré, le 10 du mois de décembre dernier. Ont assistés à ces funérailles messire Jean Jamain, vicaire de cette paroisse, Simon Merlan, sacristain, Jean Couchier, Jacques Demerlier qui ont déclarés ne savoir signer, excepté les soussignés.

A. J. Lizabois, prêtre et curé d’Aubigné.

Si vous trouvez d’autres actes de loups meurtriers en Deux-Sèvres, merci de me le signaler pour enrichir cet article, ainsi que la base de données Homme et loup : 2000 ans d’histoire.

Le loup et l’homme

loup2Le loup est un animal à part : il a longtemps été considéré comme le principal danger pour l’homme, et même s’il a presque disparu de notre territoire, il reste celui qui inspire la peur comme le montrent encore les nombreux livres pour enfants consacrés à cet animal. Le loup a longtemps côtoyé nos aïeux et, à ce titre, il intéresse les généalogistes. Ceux qui ont assisté à l’assemblée générale du Cercle à Sainte-Verge en 2015 le savent bien : la conférence donnée sur le loup par MM. Frédéric Dumerchat et Claude Ribouillault, auteurs du livre « Histoire et mémoire du loup Charentes -Poitou -Vendée » (éditions CPE), avait été passionnante.

Si vous voulez en savoir encore plus sur le loup et nos ancêtres, allez donc visiter le site « Homme et loup, 2000 ans d’histoire » en cliquant sur le lien. Ouvert depuis le mois d’avril 2014, il accueille des données relatives à l’histoire du loup ainsi qu’un corpus des victimes d’attaques de loups prédateurs, d’une part, et celles de loups enragés d’autre part.

loup
Bandeau du site « Homme et loup, 2000 ans d’histoire »

Un nouveau volet de leurs recherches, la base de données sur les primes et chasse aux loups, sera disponible en ligne à partir du 20 juin 2016. Il sera possible de trouver l’identité des chasseurs, le domicile, la date et le lieu de capture de l’animal et aussi le montant des primes. Pour accompagner cette base, de nouveaux onglets sur les primes aux loups, la chasse et la louveterie seront mis en ligne.