31 décembre 1832 : Une enfant trouvée à Fontenay de Mauzé-Thouarsais. Histoire de Marie Jeanne dite Savarit

En ce matin du 31 décembre 1832, Marie Jeanne GABILLY femme GAURY découvre une enfant sur la place publique de Fontenay, commune de Mauzé-Thouarsais.

Marie Jeanne est accompagnée d’un billet : « Je suis née le 29 décembre de cette année, on m’a nommée Marie-Jeanne, je prie ceux qui me trouveront de prendre soin de moi. » Marie Jeanne est directement envoyée à l’hospice de Thouars où on trouve un dossier à son nom.

Marie Jeanne est placée le 1er janvier 1833 chez Madeleine CLOCHARD femme DRILLY mais, à une date inconnue, est réclamée par Radégonde GABILLY femme SAVARIT.

Qui est Radégonde GABILLY ? Née à Luzay le 3 juin 1784, elle épouse Jacques SAVARIT le 17 mai 1815 à Mauzé-Thouarsais. Elle est la fille de Jean GABILLY et de Jeanne BRUNET, originaire du Bressuirais et sœur de Marie Jeanne GABILLY femme GAURY précédemment citée.

à la naissance de Marie Jeanne, Jacques SAVARIT et Radégonde GABILLY ont déjà eu plusieurs enfants :

  • Radégonde née en 1816, épouse en 1844 de Jean Louis PO(R)CHERON
  • François 1820-1821
  • Jeanne née en 1823, épouse en 1848 de Louis ROUX

Marie Jeanne sera élevée avec les SAVARIT mais n’en prendra jamais le nom comme constaté sur son acte de mariage avec Auguste Marcellin GAURY (autre famille) le 16 juin 1859 à Mauzé-Thouarsais.

On note la présence de Louis PORCHERON et de Louis ROUX qualifiés, amis de l’épouse.

Sauf… sur le recensement de population de 1906 du village de Fontenay.

Maintenant une question se pose : Pourquoi Radégonde GABILLY femme SAVARIT a réclamé cet enfant. Il a été déclaré trouvé par sa sœur, on pourrait légitimement penser qu’elle est la mère. Une autre fille à charge, surtout à l’époque, cela pouvait être difficile à assumer. Je ne pense pas que Radégonde GABILLY/SAVARIT soit la mère de l’enfant, elle était âgée de 48 ans à l’époque, mais on peut se demander, si en fait, Marie Jeanne ne serait pas la fille de Radégonde SAVARIT, âgée de 16 ans à la naissance de Marie Jeanne et que, donc, Radégonde GABILLY épouse SAVARIT était sa grand-mère. Une autre hypothèse pourrait être un enfant illégitime d’une fille de Marie Jeanne GABILLY et de Pierre GAURY.

Marie Jeanne (SAVARIT) décède à Mauzé-Thouarsais sous son nom d’enfant trouvé le 8 mars 1916.

Du couple Auguste Marcellin GAURY x Marie Jeanne (SAVARIT), je connais 4 enfants :

  • Auguste Marcellin (1861-1861)
  • Auguste (né en 1862)
  • Marie Evelina (née en 1865) épouse de Pierre Auguste François POIGNANT à Saint-Jean-de-Thouars, le 16 novembre 1885
  • Marcellin (né en 1870) époux de Victorine GUIGNARD à Saint-Martin-de-Mâcon, le 21 novembre 1898.

Je n’ai pas pu à cause du COVID me rendre aux Archives départementales pour voir s’il existait une trace « d’adoption » de Marie Jeanne par Radégonde GABILLY épouse SAVARIT.

Cette publication pourra peut être donc complétée courant 2021.

Bon réveillon ! Et à l’année prochaine !

Léon MAZIN de Mauzé-Thouarsais, prisonnier de guerre 14-18

Sur un site réservé au collectionneur est apparu ces derniers jours un Kriegsgefangenensendung (à vos souhaits), ou plus simplement une carte de prisonnier de guerre 14-18 concernant Léon Mazin de Mauzé Thouarsais.

Léon Mazin né en 1889 à Coulonges Thouarsais est le fils de François et de Jeanne Marliangeas. Il est le frère de Angéline (1892) et Norbert (1897).

Léon Mazin est fait prisonnier de guerre en septembre 1915 ayant été capturé sur la commune de Failly.

D’après le merveilleux site de la Croix Rouge sur les prisonniers de guerre de la première guerre mondiale, Léon Mazin sera prisonnier à Münster jusqu’en décembre 1918 (Lager I et II) date de son rapatriement comme noté sur sa fiche matricule consultable sur le site internet des AD.

Mais revenons à ce mot adressé le 14 janvier 1918 à sa soeur Angéline

« Chère petite soeur,

Heureux de te donner de mes nouvelles qui sont toujours bonnes pour le moment. J’espère que tu es en bonne santé toi aussi ainsi que maman. Reçu une lettre Marcelline ces jours aujourd’hui je lui réponds voici ce qu’elle me dit : Elle va t’écrire pour que tu te rendes à Thouars, Isidorine serait contente de faire connaissance avec toi, si elle ne t’a pas écrit, écris lui je te prie. Reçu également votre colis du 30/10 tout était complet bon état. Ton frère qui t’aime et t’embrasse de tout son cœur.

Léon Mazin »

Institué par la convention de La Haye en 1907 (la convention de Genève lui succédera) les prisonniers pouvaient recevoir lettres et colis selon un cadre très strict et servait de moyen de pression sur les prisonniers, leurs familles et le pays en général. Tout était évidemment contrôlé, les relatives bonnes nouvelles de Léon Mazin ne laissent pas apparaître la dénutrition et la saleté pourtant commune à tous ces lieux de détention.

L’action de la Croix Rouge Internationale, des sociétés philanthropiques et humanistes ont permis aux prisonniers et à leur famille de garder le lien indispensable pour tenir malgré tout.

Après la guerre, Léon Mazin repris son activité de forgeron/maréchal ferrant au hameau de Villiers, il se mariera en 1920 avec Adeline Charbonneau dont deux enfants Gilbert (1920) et Gilberte (1923). Il perdra sa mère Jeanne dans des circonstances tragiques, assassinée pour un crime crapuleux en 1932 et Léon Mazin connaîtra un destin similaire, il sera assassiné en 1945.