Cours de paléographie aux Archives départementales

Je retransmets cette information trouvée sur le site des Archives qui peut intéresser pas mal de monde, mais les places seront sans doute limitées.

archives

« Les Archives départementales vous proposent de poursuivre les cours de paléographie lors d’une prochaine séance qui se tiendra le lundi 14 décembre de 11h00 à 12h30 dans la salle pédagogique des Archives départementales,.

Des listes d’inscription à la séance sont à votre disposition en salle de lecture. (Inscription obligatoire). »

Publicités

Conseil aux adhérents pour l’utilisation de GeneaBank

Le Cercle généalogique des Deux-Sèvres est depuis peu partenaire de GeneaBank. Un courrier récent a donné l’identifiant et le mot de passe à chaque adhérent pour accéder à cette base de donnée. 90 points ont été attribués afin de pouvoir faire, dès cette fin d’année, des recherches au niveau national. Si vous avez de la chance peut-être trouverez vous 90 actes qui vous intéressent ! Il ne vous reste plus qu’à vous rendre sur le site, en cliquant ici par exemple, à vous identifiez en entrant les renseignements demandés et à naviguer. C’est plutôt facile même si, visuellement, c’est un peu aride.

généabank

Un conseil important aux adhérents de notre cercle, n’utilisez pas Geneabank pour les recherches sur le département des Deux-Sèvres. Vous n’y trouverez pas de renseignements supplémentaires à ceux qui sont sur notre base de donnée, continuez donc à utiliser notre site. Économisez vos points et réservez les pour des recherches sur d’autres départements.

Enfin, si votre compte est soldé avant la fin de l’année n’hésitez pas à nous demander un complément de points. Pour l’année 2016, un nombre de points annuels vous sera attribué à la date de votre renouvellement.

Bonnes recherches en Deux-Sèvres sur notre site et ailleurs sur GeneaBank !

Nos ancêtres dans le golfe des Pictons

Le golfe des pictons correspond à l’ancien delta marécageux de la Sèvre niortaise et de la Vendée. La baie de l’aiguillon est tout ce qui en reste. Le marais a été asséché par l’homme à partir de l’époque gallo-romaine : les premiers travaux eurent lieu aux XIIème et XIIIème siècles, mais il eut à souffrir des guerres, de cent ans et de religion. Les digues et les inondations causèrent des dégâts très importants. Ce n’est qu’à partir du XVIIème, sous Henri IV, que purent être entrepris les travaux de finalisation. Le marais n’a pratiquement plus augmenté depuis le XVIIème siècle, date à laquelle Siette, ingénieur de Louis XIII acheva les travaux.
La mer arrivait autrefois jusqu’à St Hilaire le Palud, Arçais,  Sansais, Coulon et  Niort que l’on disait alors port de cabotage côtier. Niort demeura un port de mer jusqu’au 18ème siècle, il en est aujourd’hui à plus de 40 kms.

Grues, Moreilles, Chaillé, Vouillé, Vix, Triaize-Champagné-Sainte Radégonde, St Michel en l’Herm, Charron, l’Ile d’Elle, Taugon, La Ronde, Damvix-le Mazeau, Irleau, la Garette, Magné sont autant d’anciennes iles dans le golfe.

La montée du sol, observée grâce au bri  sur toute la cote d’Aunis et de Saintonge, a certainement joué un rôle important dans le comblement du golfe.
Dans l’ancien golfe des pictons, l’homme et la nature sont en lutte depuis des siècles.

Golfe_des_pictons

Source : Internet/toponymie Poitou-charentes

1-Alluvions d’origine marine

Correspondance et journal de guerre aux Archives des Deux-Sèvres

soirée lecture
source AD 79

Mardi 10 novembre, à la veille du jour férié qui commémore la fin de la Grande guerre, les Archives départementales avaient organisé la lecture de documents personnels ou familiaux écrits durant  ce conflit. Il s’agissait d’extraits du carnet personnel du caporal Joly, soldat originaire de Largeasse. Il y avait aussi des lettres entre des membres de la famille Giraudias, une famille de la Mothe-Saint-Héray dont 2 des fils, Daniel et Paul, étaient sur le front. Ces textes étaient lus par Anne Marcel, Jean-Paul Boudaud, Fabrice Ducousso et Claude Andrzejeweski de la compagnie Matapeste. Le public nombreux et attentif a pu écouter dans un silence impressionnant ces mots simples qui parlent de la guerre. Les parents Giraudias, Ludovic et Marie, à l’arrière, sont à la fois fiers et inquiets pour leur 2 fils. Et ceux-ci, comme le caporal Joly racontent ce qu’ils vivent, ce qu’ils souffrent, ce qu’ils endurent sur le front. Le public est déjà saisi. Et puis à la fin, on découvre toujours par le biais des écrits ce qu’il advient de nos 3 soldats et on est encore plus ému… Ce fut une très bonne idée, en cette période de centenaire, que cette lecture et ce fut un très beau moment. Encore merci aux Archives départementales des Deux-Sèvres et à la troupe des Matapestes.