Dernières liasses restaurées des AD79

Les Archives départementales des Deux-Sèvres nous informent que  les liasses des notaires suivants sont de retour de restauration et consultables en salle de lecture :

notaire-quentin-matsys
Notaire flamand, par Quentin Metsys

– 3 E 508 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort),  minutes de 1673-1674
– 3 E 509 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort), minutes de 1675 et mai-juin 1677
– 3 E 510 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort),minutes de 1680
– 3 E 511 : Me Joseph LIGONNIÈRE (Niort),minutes de novembre-décembre 1681
– 3 E 622 : Me François ALLARD (Saint-Maixent), minutes de 1636-1645
– 3 E 624 : Me François ALLARD (Saint-Maixent), minutes de 1654-1661
– 3 E 439/4 : Me Pierre BAUDIN-CHAMPMERGOU (Niort, répertoire de 1724-1729)
– 3 E 467 : Me Augustin PIET-ROCHETAND (Niort, minutes de janvier-février 1764)
– 3 E 654 : Me Jean CHAMYER (Saint-Maixent, minutes de 1663-1664)
– 3 E 942 : Me Jean BOURCEAU (Parthenay, minutes d’avril-décembre 1627)

Vous y trouverez peut-être des actes concernant vos ancêtres.

 

Publicités

Le Vert

Carte d’identité

Le Vert est probablement un dérivé du mot gaulois verno qui signifie aulne. Cette petite commune  de 130 habitants (au recensement de 2014) est située dans le sud du département, à la limite de la Charente-Maritime, en bordure de la forêt de Chizé. Selon le site de la commune, la seigneurie du Vert était, au XVIe siècle, aux mains de Philippe Gazeau, seigneur des Fontaines en Saint-Séverin et du Vert, puis d’Artus de Fleury à la suite de son mariage avec la fille de Philippe de Gazeau. Il n’en reste plus, aujourd’hui, qu‘un porche doté de portes piétonnes surmonté d’un pavillon carré qui comportait, jadis, un pont-levis, et une dépendance avec échauguette d’angle.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le Vert par le préfet Dupin vers 1800

Commune au sud-ouest et à un myriamètre 7 kilomètres de Brioux. sa population est de 273 individus. Son territoire est entouré, au nord et à l’ouest, par la forêt de Chizé, et arrosé à l’est et au sud par la Boutonne, sur laquelle sont quatre moulins à eau. Les terres sont maigres, et produisent, en petite quantité, du froment, de la baillarge, de l’avoine, du lin, du chanvre, et quelques pommes-de-terre ; il y a des vignes à l’est et au nord quatre prairies naturelles d’un médiocre produit, un pacage pour les prairies sur un coteau très raide, une carrière de pierre de moellons. On y fabrique un peu d’eau-de-vie ; on y élève des brebis et quelques autres bestiaux ; une portion de la forêt de Chizé est située sur cette commune.

Les toponymes relevés par Bélisaire Ledain vers 1900

Carville, le Côté (Grand et Petit), la Maçonne, Montifaud, le Moulin-du-Vert, Le Vert, Vieille-Ville, Ville-des-Eaux, Villeneuve (la Petite).

Le Vert sur la carte  de Cassini

le-vert-cassini

Actes dépouillés par le Cercle généalogique des Deux-Sèvres

-Baptêmes : 556
-Naissances : 846
-Mariages : 488
-Sépultures : 243
-Décès : 624

Sources

Site officiel de la communauté de communes Val-de-Boutonne
– Bélisaire Ledain Dictionnaire topographique des Deux-Sèvres. Éditions UPCP
– Claude Dupin Mémoires sur la statistique du département des Deux-Sèvres. Site Gallica
– Cartes postales : AD79

Initiation à la généalogie à Moncoutant

ini-genealogieLe Cercle vous souhaite pour cette nouvelle année bonheur, santé et plein de trouvailles en généalogie.
Nous avons pris nous aussi de bonnes résolutions, notamment celle de continuer nos séances d’initiation à la généalogie, gratuites et ouvertes à tous.

La première pour 2017 aura lieu à la bibliothèque de Moncoutant (Avenue du Maréchal Juin), le mardi 24 janvier à partir de 14 heures. Comme d’habitude, cette séance est le fruit d’un partenariat entre le Cercle et les Archives départementales des Deux-Sèvres. Il faut réserver sa place à la bibliothèque au 05 49 72 83 03. Nous vous attendons nombreux.