Fors

Carte d’identité

Fors est une commune de 1774 habitants (les Forsitains et les Forsitaines) au recensement de 2013, située à une quinzaine de kilomètres au sud de Niort. Dans les années 1890, une distillerie y fut créée à proximité de la voie ferrée et du château. On y a fabriqua jusque dans les années 50 une liqueur appelée la Cistercienne à défaut de Cognac, Fors étant en dehors du périmètre d’appellation.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Fors par le préfet Dupin vers 1800

« Fors, commune au sud-ouest et à 6 kilomètres de Prahecq. Sa population est de 565 individus. Son territoire est une plaine où les terres sont maigres : elles produisent du froment, de la baillarge, de l’avoine en petite quantité, mais de bonne qualité : on y récolte aussi des pommes-de-terre, du chanvre et du vin assez bon. Il y a des prairies assez étendues, mais l’hiver, elles sont inondées ; quand l’eau est retirée et que l’été est chaud, elles deviennent brûlantes, en sorte qu’on recueille peu de foin ; elles servent cependant de pacages à quelques juments poulinières, à des vaches et à des bœufs nécessaires pour la culture. Il y a quelques prairies artificielles, la garenne de Fors, un étang assez étendu, un moulin à vent, des carrières de moellon. on y fabrique un peu d’eau de vie. Il y a foire le 8 vendémiaire et le 22 fructidor.
On remarque le château de Fors, que François Ier, étant duc d’Angoulême, fit bâtir pour Anne Poussard, sa maîtresse. Le denier acquéreur, qui l’avait acheté presque en ruine, l’a fait rebâtir en suivant le même ordre d’architecture : il n’était point boisé et il manque d’eau : on a suppléé au premier défaut par des avenues magnifiques que l’on a plantées, et par des allées de marronniers et des charmilles. »

Des toponymes relevés par Bélisaire Ledain vers 1900

L’Aumônerie, la Baillie (grande), la Chamerie, Châtresac, la Chauvinière, le Chiron, Fors, Goursay, Léther, Lombreuil, la Ménagerie, Moderon, le Moulin (gros), la Nouzière, le Pairot, le Pontreau, la Ruelle, Saint-François, Saint-Hérais, les Sanguinières, le Tartre.

Fors sur la carte de Cassini

fors essai

Actes dépouillés par le Cercle Généalogique des Deux-Sèvres

-Baptêmes : 2168
-Naissances : 242
-Publications de mariage : 5
-Mariages : 372
-Sépultures : 959
-Décès : 183

Sources

Site de la commune de Fors
– Inventaire du patrimoine industriel du Poitou-Charentes : La distillerie de Fors
– Bélisaire Ledain Dictionnaire topographique des Deux-Sèvres. Éditions UPCP
– Claude Dupin Mémoires sur la statistique du département des Deux-Sèvres. Site Gallica
– Cartes postales : Delcampe.net

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Publicités

Liste des morts en prison à Niort pendant la Révolution

Vous trouverez ci-dessous un lien vers un article qui donne une liste de 573 personnes exécutées ou mortes en détention à Niort pendant la période révolutionnaire, en 1793 et 1794. La plupart étaient enfermées au château de Niort (le Donjon) qui servait alors de prison. L’âge et le lieu de résidence des décédés sont le plus souvent donnés. Beaucoup sont originaires des communes de la zone frontière entre Républicains et Vendéens de notre département (Amailloux, Chiché, Courlay, Vernoux…) mais pas uniquement.

Cette longue liste est mise en ligne par le site La Maraîchine Normande dont le but est d’honorer Vendéens et Chouans. Le Cercle Généalogique des Deux-Sèvres ne se situe bien sûr pas sur ce terrain, mais peut-être y a-t-il des personnes se rattachant à votre généalogie ? Il serait alors dommage d’ignorer cette source d’information. Personnellement, j’ai pu ainsi retrouver la trace de plusieurs décès de personnes qui appartiennent à mon arbre. Il ne me reste plus maintenant qu’à me rendre aux Archives départementales des Deux-Sèvres pour consulter de visu les documents concernés.

donjon
Le donjon de Niort (source Gallica)

Et si vous voulez avoir des informations complémentaires sur cette période du point de vue judiciaire, dans notre département, vous pouvez aussi consulter le livre d’Antonin Proust, La justice révolutionnaire à Niort, téléchargeable gratuitement sur Gallica, le site de la BNF.

Enregistrer