Atelier d’écriture : en route vers le ChallengeAZ 2019

Le premier atelier d’écriture du Cercle généalogique des Deux-Sèvres s’est réuni le samedi 19 janvier. Nous nous sommes retrouvés à 10 personnes (7 autres intéressées se sont excusées de ne pouvoir être présentes). L’envie d’écrire sur sa famille, ses ancêtres était la motivation de la plupart des participants. Mais pour beaucoup, le passage à l’acte est difficile, par manque d’organisation, de confiance en soi, par peur de ne pas intéresser ou tout simplement de ne pas y arriver.

page écriture-BMS amailloux 1670-1723 vue 144 - Copie.png
Source AD79, BMS Amailloux

J’ai proposé aux présents de se donner un projet collectif motivant : participer sur le blog Généa79 au ChallengeAZ qui aura lieu en novembre 2019. Le Cercle y a déjà participé en 2018 sur le thème de la Gâtine avec essentiellement des blogueurs confirmés ayant des racines en Deux-Sèvres et des membres du CA. Les articles sont accessibles ici.
L’atelier d’écriture mis en place permettrait, grâce à l’émulation et l’entraide de franchir le cap de l’écriture pour les participants. Et il serait l’occasion, pour le Cercle et le blog Généa79, de renouveler l’expérience positive de l’an dernier, avec une base élargie d’auteurs.

deux sèvres 18L’idée a convenu aux présents. Nous avons cherché un sujet fédérateur qui nous donne envie d’écrire sans trop nous enfermer.
Ce sera donc les lieux des Deux-Sèvres (une paroisse, une ville, un hameau, une rue…), un thème similaire à celui de nos amis de la Vienne en 2018. Cela nous laisse beaucoup de libertés pour choisir un ancêtre, une anecdote ou un événement qui nous intéresse dans nos généalogies ; mais cela nous obligera sans doute aussi à évoquer l’aspect géographique. Nous nous verrons 4 ou 5 fois dans l’année pour faire le point sur l’avancement de nos travaux, échanger, s’entraider. Objectif : avoir un texte finalisé au mois d’octobre !

Le prochain rendez-vous est dans 2 mois, le lundi 25 mars à 14 H 30 au local du Cercle, 6 rue Pierre-de-Coubertin à Niort, avec sans doute pour chacun un sujet plus précis, et peut-être même davantage. Si nous avons avancé, nous pourrons échanger pour améliorer, corriger, nous donner des pistes de recherches… nous entraider en somme. Et si ce n’est pas le cas, nous pourrons en parler ensemble.

Le groupe n’est évidemment pas fermé.
– Si vous habitez les Deux-Sèvres ou à proximité et que vous voulez parler d’un ancêtre et d’où il a vécu, vous pouvez rejoindre à tout moment le groupe.
– Il est aussi destiné à ceux qui sont plus éloignés et ont des racines en Deux-Sèvres. Nous pourrons trouver des moyens pour échanger. Qu’ils n’hésitent pas à proposer une idée.
– Il est enfin ouvert à tous ceux qui y ont participé l’an dernier et que je retrouverais avec un grand plaisir sur ce nouveau projet. Je les attends, je suis sûr que le thème, les lieux des Deux-Sèvres conviendra à la plupart.

Pour nous rejoindre, contactez-nous, en commentaire ou à l’adresse du blog : genea79blog@laposte.net

Publicités

Recherches sur les soldats deux-sévriens de 1870

monument mort thouars
Le monument des combattants de 1870-1871 à Thouars (Source AD79)

Le Cercle généalogique des Deux-Sèvres vient de se lancer dans un gros travail de recherches sur les soldats du département ayant participé à la guerre franco-prussienne de 1870-71. L’objectif final : commémorer  les 150 ans (en octobre 2020) de la bataille de la Burgonce dans les Vosges où périrent de nombreux soldats de la garde mobile des Deux-Sèvres.

Pour cela, nous avons besoin de vous :
– Si vous avez des documents (lettres, livret militaire, inscription sur une tombe…) concernant un ancêtre ayant participé à ce conflit, nous serions très heureux d’en prendre connaissance.
– Si vos recherches généalogiques vous ont fait découvrir qu’un de vos aïeux a participé au conflit de 1870-1871, vous pouvez là aussi nous communiquer sur ce que vous savez de lui : quel âge avait-il, était-il rappelé, quel grade avait-il, a-t-il été blessé… ?
– Si enfin vous voulez participer au travail de dépouillement et de recherches, vous pouvez entrer en contact avec nous. Nous avons accès à de longues listes de noms de soldats relevées sur des monuments aux morts ou dans différentes archives. Nous essayons de retrouver l’origine et le parcours de ces jeunes hommes victimes de ce conflit. Toute aide sera bienvenue.

Vous pouvez nous contacter en commentaire ou sur l’adresse du blog  : genea79blog@laposte.net
Merci d’avance.

Mise à jour du site

travaux-voierieComme annoncé précédemment, pour cause de travaux de rénovation, notre site sera bientôt fermé une journée : ce sera le mardi 26 septembre. Dès le lendemain, vous pourrez vous connecter sur notre tout nouveau site, à la même adresse, avec le même identifiant et le même mot de passe. Merci d’être indulgent en cas de retard et bonnes recherches !

Notre site Généa79 bientôt mis à neuf !

Au mois de septembre, vous aurez sans doute une petite gêne à subir si vous utilisez régulièrement notre base de données en ligne : le site sera inaccessible pendant quelques jours mais ce sera pour la bonne cause.

Comme annoncé lors de la dernière Assemblée générale du Cercle généalogique des Deux-Sèvres, une refonte informatique était nécessaire, suite à des dysfonctionnements récurrents, sans doute inévitables après 6 années de bons et loyaux services. Cette refonte va s’accompagner d’une mise à jour du site : il sera plus beau, plus pratique, plus fiable et plus vivant. Mais rien ne changera pour vous : l’accès, les modes de recherche et de navigation resteront les mêmes pour ne pas bousculer les habitudes.

En avant-première, voici à quoi devrait ressembler la future page d’accueil.

généa1.PNG

Quelques jours avant que le nouveau site soit opérationnel, nous vous tiendrons informés des dates de la fermeture et de réouverture du site et de notre base de données. D’ici là, bonnes recherches dans les Deux-Sèvres !

 

Le Cercle vu dans la presse

numéro 100Le Cercle généalogique des Deux-Sèvres a en ce mois de mars les honneurs de la presse régionale. Le 25 mars, la Nouvelle République et le Courrier de l’Ouest annonçaient, un peu avant notre assemblée générale à Saint-Aubin-le-Cloud la future sortie du n° 100 de notre revue.

L’article en version numérique de la N.R. est accessible en un clic.

Et celui du C.O. en version papier est visible sur le côté.

Et aujourd’hui, dans le supplément tourisme de la Nouvelle République, c’est le travail de recherche réalisé par notre ex-présidente, Marguerite Morisson, sur les liens qui unissent nos Deux-Sèvres avec le Québec qui est mis à l’honneur. Je n’ai pas l’article numérique, voici donc la copie de la version papier où l’on voit que Marguerite est particulièrement bien entourée !

marguerite

4 mariages et pas d’enterrement !

Très bientôt paraîtra le numéro 100 de la revue Généa79. Ce sera l’occasion de vous présenter une rétrospective de l’activité du Cercle généalogique des Deux-Sèvres depuis sa naissance en 1990. Danièle, Nicole, Yasmine et moi, nous nous sommes plongé avec délice dans 25 ans de revue. Nous en avons essayé d’en extraire le meilleur, le plus drôle ou le plus émouvant pour chaque année. Le choix a été difficile. Nous aurions pu sélectionner cet article  de Jocelyne Cathelineau qui raconte un quadruple mariage en 1749.

quadruple mariage

On voit quelquefois des doubles ou triples mariages dans les registres. Ceux de Saint-Maxire contiennent, fait plus rare, un quadruple mariage. Le 21 octobre 1749 en effet, les deux frères DELAUNAY, Jean et Louis, de Villiers-en-Plaine, épousent des deux sœurs GIBAULT, Louise et Françoise.
Les deux frères de Louise et Françoise , Jacques et Gabriel GIBAULT, épousent pour leur part les deux sœurs TEXIER, Jeanne et Marie.

L’histoire ne dit pas si Jeanne et Marie avaient deux frères qui, à leur tour, etc. (vous pouvez imaginer la suite).

Les enfants qui vont voir le jour au foyer de ces quatre couples auront, à eux tous, moins d’oncles et de tantes que des cousins « ordinaires », puisque les sœurs se retrouvent mutuellement belles-sœurs, et les frères mutuellement beaux-frères. Ils n’auront également, à eux tous, que trois couples de grands-parents.

Trois couples ? Même pas ! Comme souvent à l’époque, les parents sont disparus lorsque leurs enfants convolent. Le quadruple mariage du 21 octobre 1749 est une bonne illustration de cette situation banale sous l’Ancien Régime. Ainsi, c’est seule que Jeanne MOYNIER assiste au mariage de ses deux fils Jean et Louis DELAUNAY, Louise, Françoise, Jacques et Gabriel GIBAULT pour leur part n’ont plus leur mère, Marie CROISIN. Quant aux deux jeunes filles TEXIER, Jeanne et Marie, elles sont totalement orphelines. Leurs parents René TEXIER et Catherine RIVET sont décédés lorsque le curé de Saint-Maxire bénit leur union… avec qui, au fait ?

Si vous n’avez pas bien suivi, revenez au début !

J. Cathelineau

Le fonds Dez

edit_de_tolerance_1787_signe_par_louis_xvi
L’édit de Versailles (source Wikipédia)

L’édit de Versailles est un édit de tolérance signé par Louis XVI le 7 novembre 1787 et enregistré au parlement le 29 janvier 1788, qui permit aux personnes non-catholiques de bénéficier de l’état civil sans devoir se convertir au catholicisme.

Aux archives Nationales, sous la cote U1339, existe un registre des non-catholiques de Saint-Maixent en Poitou pour l’année 1788. Il recense « les déclarations de naissance, mariage et enterrement de ceux qui ne font pas profession de la religion catholique. » Il est paraphé par Jacques Robert François Marie NOSEREAU, Conseiller du Roi, Lieutenant général de la sénéchaussée et siège royal de Saint-Maixent.

Le fonds de Pierre DEZ, cote 2J45, consultable aux Archives départementales des Deux-Sèvres, est un relevé dactylographié (253 pages !!!) du document précédent. Depuis aujourd’hui, vous pouvez accéder sur notre base de données au relevé des mariages (2061 actes). Si on fait une recherche avancée par communes, il faut chercher à « Saint-Maixent (édit de tolérance) ».  Il se peut que certains mariages soient aussi enregistrés dans les registres des pasteurs.

Il est par ailleurs très intéressant de consulter directement le document aux Archives, car on y découvre en plus la composition des familles au moment des déclarations.