Deux conférences : « féministes locales d’hier » et « étrangers en Poitou »

Nous vous informons de deux conférences qui peuvent intéresser les généalogistes.

marguerite martin« Féministes locales d’hier » jeudi 24 mai à 20h30 au musée Bernard-d’Agesci à Niort (ouvert à tous, participation aux frais libre)

Qui étaient Marguerite Martin, Louise Métay, Séraphine Pajaud ? Des anonymes ? Pas tout à fait… Fin XIXe, début du XXe, elles étaient institutrices, féministes, syndicalistes, libres penseuses, socialistes, communistes… Ne méritent-elles pas de ressortir de l’oubli tant fut grands leur dévouement, leur acharnement, leur courage à défendre des idéaux avant-gardistes, féministes, le droit pour les femmes d’avoir les mêmes droits que les hommes, notamment le droit de vote mais aussi celui d’exister dans l’espace public et de ne pas être cantonnées à la maison ?
Cette conférence à l’initiative de l’Université populaire du Niortais sera animée par Albéric Verdon, auteur de « Marguerite Martin, première militante féministe des Deux-Sèvres et de la Vendée » et par Florence Regourd, du Centre de documentation sur l’histoire du mouvement ouvrier et du travail en Vendée.

étranger poitou« Les étrangers en Poitou au XVIIIe siècle » samedi 2 juin à 16h, à l’Hôtel de Ménoc de Melle (entrée libre).

Réfugiés catholiques irlandais, domestiques noirs, marchands savoyards, mercenaires suisses, prisonniers portugais, défricheurs allemands, artistes italiens… Qui sont les étrangers présents en Poitou au XVIIIe siècle ? D’où viennent-ils et pourquoi partent-ils ? Comment nos ancêtres les percevaient-ils ? Ces existences sorties de l’oubli révèlent des pans méconnus de sociétés d’autrefois et résonnent des échos troublants du monde d’aujourd’hui.
Cette conférence organisée par le Pays d’art et d’histoire du Mellois en Poitou sera animée par Sébastien Jahan, historien de l’Université de Poitiers, spécialiste de l’histoire des migrations aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il est aussi l’auteur du très intéressant ouvrage qui a inspiré cette conférence  « Les étrangers en Poitou au XVIIIe siècle. Traverser ou rester » chez Geste éditions.

Publicités

Initiation à la généalogie à Niort

La prochaine séance d’initiation à la généalogie aura lieu le mardi 12 juin à 14h00 aux Archives départementales des Deux-Sèvres, 26 rue de la Blauderie, à Niort. Initialement programmée en destination des « Ambassadeurs des Deux-Sèvres », elle est finalement ouverte à tous ceux qui veulent s’initier à la généalogie. Nous essaierons de vous expliquer où et comment chercher vos ancêtres.

Cette séance est totalement gratuite et elle bénéficie du partenariat des Archives départementales. Pour vous inscrire, il suffit de nous joindre :
– par téléphone : 05 49 08 55 75
– par courriel : genea79@wanadoo.fr

archives

 

Les cartes des Deux-Sèvres

Pour commencer, un petit diaporama de quelques cartes de notre département trouvées au hasard de recherches sur internet ou aux AD79.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

En cherchant nos ancêtres dans les Deux-Sèvres, nous pouvons aussi nous intéresser aux lieux où ils habitaient : villes, villages, hameaux, fermes et écarts… Pour cela, il existe sur le net Google Maps, bien sûr, mais aussi de nombreux sites qui proposent des cartes géographiques. Celles-ci peuvent être anciennes, économiques, géologiques, historiques, administratives… autant d’aspects qui ont une utilité quand on s’intéresse à la vie de nos aïeux. Comme la définition des images et la technique informatique se sont beaucoup améliorées, il est maintenant possible de zoomer et d’arriver à des échelles très précises. Voici quelques liens pour les trouver.

Les cartes de Cassini sont les premières cartes détaillées de notre pays. Elles datent du XVIIIe siècle et elles sont accessibles sur Gallica, le site de la BNF, en très bonne définition. Pour reconstituer notre département, il faut 6 feuilles qu’il est possible de télécharger :
la feuille 66 Richelieu Saumur
: le nord-est (Thouars, Saint-Jouin-de-Marnes…)
la feuille 67 Poitiers
: l’est (Airvault, Thénezay, Ménigoute…)
la feuille 68 Charroux
: le sud-est (La Mothe-Saint-Héray, Melle…)
la feuille 99 Mortagne
 : le nord-ouest (Mauléon, Bressuire…)
la feuille 100 Luçon
: l’ouest (Coulonges, Cerizay, Parthenay, Saint-Maixent…)
la feuille 101 La Rochelle
: le sud-ouest (Niort, Mauzé, Brioux…)

Il y a également sur Gallica une page où on peut trouver différentes cartes anciennes des Deux-Sèvres (ainsi que des plans de Niort, St-Maixent…)

La meilleure définition de la très belle carte des Deux-Sèvres appartenant à la série Levasseur est mise en ligne par Wikipédia.

Il existe aussi de vieilles cartes des Deux-Sèvres (et du Poitou-Charentes) sur le site Old maps online. Certains liens ont disparu, il y a quelques erreurs (des cartes d’autres régions ou photographiées à l’envers !!) mais il y a aussi des cartes que je n’ai vu nulle part ailleurs, et les images sont très précises là aussi. N’hésitez pas à zoomer !

Ne pas oublier le Géoportail de l’IGN qui s’intéresse à toute la France mais permet de zoomer sur notre département, et bien plus précisément encore. Il propose de nombreuses cartes thématiques que l’on peut, si on le veut, superposer avec des effets de transparence. Quelques exemples en diaporama en zoomant sur Irleau (commune du Vanneau-Irleau) dans le marais poitevin.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Vous pouvez pour finir regarder notre carte des Deux-Sèvres sur ce blog pour savoir quelles communes (celles avec une étoile) ont leur fiche de renseignements et quelles autres (celles avec un rond) ont été citées dans un article du blog.
Et si vous connaissez des liens menant vers des cartes de notre département utiles aux généalogistes, vous pouvez nous les faire partager !

Usseau

Carte d’identité

Usseau est une petite commune du sud-ouest du département, proche de Mauzé, qui possédait 895 habitants au recensement de 2015. Elle a la chance de posséder sur son territoire le château d’Olbreuse classé monument historique. C’est ici qu’est née le 3 janvier 1639 celle que l’on surnomme aujourd’hui la grand-mère de l’Europe, Éléonore Desmier d’Olbreuse, car elle est l’ancêtre de très nombreuses familles princières et royales d’Europe. Ce château a servi aussi de refuge pour de nombreuses familles protestantes durant la terrible période des dragonnades.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Usseau par le préfet Dupin vers 1800

Usseau, commune au sud-est et à 8 kilomètres de Mauzé. Sa population est de 1032 individus. Il y a un notaire. Le Mignon coule au sud de son territoire, qui produit vin, froment, baillarge, avoine et chanvre. Il renferme des prairies naturelles assez étendues, mais de mauvaise qualité. On cultive quelques prairies artificielles. Il y a les bois de la Chaignée des Loges, et les garennes d’ Ussolière et d’Olbreuse. Le sud du territoire est couvert de mauvais marais. On compte six moulins à eau, cinq à vent ; un haras de chevaux et un de baudets ; une carrière de pierre à bâtir. On fabrique des eaux-de-vie et on commerce sur les vins et les chevaux.

Les toponymes relevés par Bélisaire Ledain vers 1900

Antigny, Beaulieu, Le Breuil (Grand et Petit), la Chapelle, la Chappe, Madrid, la Marzelle, Olbreuse, la Pironnière, Plénisseau, Puyroux, Quincampoix, Usseau, l’Ussolière

Usseau sur la carte de Cassini

usseaucassini.PNG

Actes dépouillés par le Cercle généalogique des Deux-Sèvres

Cette commune est en attente de dépouillement. Si vous voulez participer à cette activité, vous pouvez nous contacter !

Sources

– Bélisaire Ledain Dictionnaire topographique des Deux-Sèvres. Éditions UPCP
– Claude Dupin Mémoires sur la statistique du département des Deux-Sèvres. Site Gallica
– Cartes postales : AD79 et Delcampe

Connaissez-vous Carmen Derambure ?

Francine Derambure, notre adhérente 3119, a trouvé trois documents sur le site ANCESTRY par simple inscription qui concernent une de ses ancêtres ayant émigré aux États-Unis au début du XXe siècle. Mais, pour pouvoir les lire, il lui faudrait un abonnement au site ANCESTRY, ce qu’elle n’a pas. Y aurait-il parmi nos adhérents ou lecteurs quelqu’un qui serait abonné et qui, dans un esprit d’entraide, pourrait la dépanner ? Voici les documents qui l’intéressent.

DERAMBURE Carmen sur Ancestry 21.04.2018[38053].JPG
Source Ancestry
L’adresse mail pour la contacter : f.derambure27@gmail.com
Merci d’avance pour elle.

Résolu, merci à Brigitte, Daniel et Nathalie.

 

Recherches sur les soldats deux-sévriens de 1870

monument mort thouars
Le monument des combattants de 1870-1871 à Thouars (Source AD79)

Le Cercle généalogique des Deux-Sèvres vient de se lancer dans un gros travail de recherches sur les soldats du département ayant participé à la guerre franco-prussienne de 1870-71. L’objectif final : commémorer  les 150 ans (en octobre 2020) de la bataille de la Burgonce dans les Vosges où périrent de nombreux soldats de la garde mobile des Deux-Sèvres.

Pour cela, nous avons besoin de vous :
– Si vous avez des documents (lettres, livret militaire, inscription sur une tombe…) concernant un ancêtre ayant participé à ce conflit, nous serions très heureux d’en prendre connaissance.
– Si vos recherches généalogiques vous ont fait découvrir qu’un de vos aïeux a participé au conflit de 1870-1871, vous pouvez là aussi nous communiquer sur ce que vous savez de lui : quel âge avait-il, était-il rappelé, quel grade avait-il, a-t-il été blessé… ?
– Si enfin vous voulez participer au travail de dépouillement et de recherches, vous pouvez entrer en contact avec nous. Nous avons accès à de longues listes de noms de soldats relevées sur des monuments aux morts ou dans différentes archives. Nous essayons de retrouver l’origine et le parcours de ces jeunes hommes victimes de ce conflit. Toute aide sera bienvenue.

Vous pouvez nous contacter en commentaire ou sur l’adresse du blog  : genea79blog@laposte.net
Merci d’avance.

Les recensements dans les Deux-Sèvres

Les généalogistes le savent bien, les recensements sont des outils précieux pour reconstituer l’histoire de nos ancêtres. On y trouve un instantané des familles à une date donnée : l’endroit où elles habitaient, les personnes qui la composaient et d’autres renseignements (profession, âge…) qui varient selon les années. Institués après la Révolution, ils se sont longtemps déroulés tous les 5 ans (sauf fait de guerre). Ce type de document occasionne parfois de belles découvertes : retrouver l’enfant d’un couple dont on ignorait l’existence, connaître les domestiques qui travaillaient sur une ferme ou dans une maison… On rencontre parfois des détails inattendus : un tel était boiteux ou bossu et tel autre était sourd ou « imbécile », tel jeune était réfractaire ou soldat… Cherchez et vous trouverez !
Pour rappel, en ligne sur le site des Archives départementales des Deux-Sèvres, vous avez le recensement de 1836, et ceux entre 1866 et 1906 (et même de 1911 pour Pamproux, Saint-Liguaire, Sauzé-Vaussais et Vernoux-en-Gâtine). Sans oublier que vient de s’ajouter récemment, pour une centaine de communes, celui de 1796 à 1798.

De plus, en allant aux AD à Niort, vous aurez accès sur les écrans de la salle de lecture aux recensements plus récents entre 1921 et 1975 (attention, certaines communes n’ont pas tout). Si vous êtes né avant 1975, vous pourrez ainsi vérifier si l’agent recenseur d’alors a bien fait son travail pour ce qui vous concerne.

Pamproux a bien de la chance. Je vous ai dit que cette commune est une des 4 à avoir le recensement de 1911 en ligne. Elle bénéficie en plus d’un recensement rare, en 1776, sans doute fait par le curé, Pierre-Joseph Gaultier, et peut-être dans un but fiscal. L’archive renseigne sur la religion catholique ou protestante des habitants des 351 maisons visitées et elle possède même à la fin une table alphabétique des paroissiens. Pour vous faire une idée, voici ci-dessous les renseignements donnés sur les 5 habitants de la 1ère maison recensée, la cure, forcément.

recensement pamproux
source AD79

P.S. Les recensements peuvent servir aussi à appréhender l’environnement social, économique et culturel de la commune où vivaient nos ancêtres. Si cela vous intéresse, vous pouvez lire (sur mon blog personnel) une recherche faite à partir du recensement de Terves en 1836. Les 3 articles sont en lien ci-dessous :
La population
Les métiers
Les autres renseignements